La Libye se rétracte sur Lockerbie: «Nous avons admis notre responsabilité pour faire lever les sanctions»





* «Les familles des victimes faisaient des affaires avec le sang de leurs fils»


 


Le Quotidien-Agences


Seif Al-Islam, le fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a assuré que la Libye n'avait accepté de reconnaître sa responsabilité dans l'attentat de Lockerbie, en Ecosse, qui avait fait 270 morts en 1988, que pour obtenir la levée des sanctions internationales.


"Oui, nous avons écrit une lettre au Conseil de sécurité (de l'ONU) disant que nous sommes responsables des actes de nos employés (...), mais ça ne signifie pas que nous l'avons effectivement fait", a-t-il déclaré dans un documentaire de la BBC, qui doit être diffusé dimanche.


"J'admets que nous avons joué sur les mots, nous devions le faire", a-t-il ajouté. "Qu'est-ce que vous pouvez faire? Si nous n'avions pas écrit cette lettre, nous n'aurions pas pu nous débarrasser des sanctions".


Seif Al-Islam, qui a négocié les accords d'indemnisation des familles des victimes de l'attentat de Lockerbie, a également accusé celles-ci de s'être montrées "cupides" et uniquement préoccupées par l'argent.


"Les négociations avec elles (les familles des victimes), c'était vraiment terrible, très matérialiste, et très cupide", a-t-il déclaré. "Elles demandaient plus d'argent, encore plus d'argent, et toujours plus d'argent".


"Je pense qu'elles étaient cupides et qu'elles faisaient des affaires avec le sang de leurs fils et de leurs filles", a asséné Seif Al-Islam, qui a annoncé la semaine passée son retrait de la vie politique libyenne.


Tripoli avait reconnu sa responsabilité dans l'attentat de Lockerbie et signé avec Londres et Washington un accord d'indemnisation des victimes portant sur 2,7 milliards de dollars, soit 10 millions de dollars par famille.


L'accord d'indemnisation avait permis la levée des sanctions imposées par l'ONU et les Etats-Unis à la Libye, un premier pas vers la normalisation des relations entre Washington et Tripoli annoncée en 2006.

Mais la Libye n'a pas encore fini de régler la totalité des compensations aux familles des victimes de l'attentat. Ce contentieux n'a été résolu que le 14 août dernier, avec la signature à Tripoli d'un nouvel accord d'indemnisation entre la Libye et les Etats-Unis.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com