Moscou : Après la Géorgie, tout agresseur sera anéanti






Le Quotidien - Agences


L'armée russe a le potentiel nécessaire pour anéantir tout autre "agresseur" de la Russie, même s'il bénéfice de l'aide des Etats-Unis ou de l'Europe, a affirmé hier un général russe en allusion au récent conflit entre Moscou et Tbilissi.


"L'opération visant à contraindre la Géorgie à la paix a montré au monde que quel que soit l'agresseur, qu'il bénéficie d'un soutien outre-Atlantique ou de l'Europe, nous avons tout le nécessaire pour l'anéantir et il sera anéanti", a averti l'adjoint au commandant des forces de l'armée de terre russe, le général Valeri Evnevitch, cité par l'agence Itar-Tass.


Il s'exprimait en marge d'exercices militaires conjoints entre la Russie, la Kazakhstan et le Tadjikistan.


La Russie est prête à agir en toute autonomie pour défendre ses intérêts, dans le cadre du droit international, a affirmé pour sa part le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.  "Nous ne nous laisserons pas entraîner dans la confrontation [...]. Si nos partenaires ne sont pas prêts à des actions conjointes, la Russie sera obligée d'agir seule pour défendre ses intérêts nationaux, mais toujours sur la base du droit international", a-t-il déclaré lors d'une allocution à l'Institut des relations internationales de Moscou.


"Dans les relations internationales, nous défendons notre droit à une opinion différente, autrement dit le droit à la liberté de parole et de pensée pour n'importe quel Etat, quelles que soient ses dimensions et son aire civilisationnelle", a résumé le ministre russe.


Par ailleurs Poutine a laissé entendre que la Russie pourrait cesser sa coopération sur le dossier du nucléaire iranien : "Si notre coopération n'est plus nécessaire alors, Dieu nous bénisse, nous continuerons notre tâche tout seuls."Malgré tout, la Russie compte sur le soutien des Vingt-Sept. Selon Vladimir Poutine, les Européens devraient comprendre que l'agression géorgienne de l'Ossétie est au moins aussi grave que les actes de Saddam Hussein en Irak; qu'ils ne devraient pas faire le jeu des Etats-Unis. De plus, des preuves de la participation militaire américaine à l'offensive géorgienne du 7 août sur la province d'Ossétie du Sud ont "peut-être" été trouvées. "Il s'agit des rapports de nos militaires, il faut que j'en demande confirmation", a-t-il expliqué.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com