Etats-Unis : Gustav dicte sa loi






Près de deux millions de personnes ont fui les côtes de la Louisiane à l'approche de l'ouragan Gustav qui a atteint le sol américain.


 


Le Quotidien — Agences


Du Texas à la Nouvelle-Orléans, les compagnies pétrolières n'ont voulu prendre aucun risque: pratiquement toutes les plates-formes off-shore ainsi qu'un grand nombre de raffineries ont été fermées dans une région qui fournit un quart de la production américaine de pétrole.


Gustav s'est également imposé sur le devant de la scène politique américaine, obligeant le républicain John McCain à annuler la majeure partie du programme d'ouverture de la convention de son parti, hier, à St Paul-Minneapolis.


Le gouverneur de la Louisiane, Bobby Jindal, a déclaré qu'1,9 million de personnes, selon les estimations, avaient fui les zones côtières et seulement 10.000 personnes seraient restées à la Nouvelle-Orléans.


"Il s'agit toujours d'une tempête extrêmement dangereuse", a déclaré Jindal lors d'une conférence de presse. "Il n'est pas trop tard pour évacuer. Je vous encourage vivement à le faire".


De longues files de voitures et de bus s'échappaient de la Nouvelle-Orléans où l'ordre d'évacuer a été donné par le maire Ray Nagin.


Selon les dernières prévisions du Centre national américain de surveillance cyclonique (USNHC), Gustav devrait aborder l'ouest de la Nouvelle-Orléans vers midi, lundi, mais il ne devrait pas se renforcer en ouragan de catégorie 4.


Les vents devraient atteindre un maximum de 200 km/h, ce qui correspond à la catégorie 3 de l'échelle Saffir-Simpson qui compte cinq degrés, a précisé l'USNHC.


Toutefois, des vagues hautes de plus de quatre mètres pourraient menacer les digues qui avaient cédé il y a trois ans lors du passage dévastateur de l'ouragan Katrina. Les autorités fédérales ont assuré que les digues protégeant la Nouvelle-Orléans avaient été renforcées tout en concédant qu'il restait un certain nombre de brèches.


 


Couvre-feu


Katrina avait inondé 80% de la ville, fait 1.500 morts au total dans cinq Etats et coûté 80 milliards de dollars.


Le maire de la Nouvelle-Orléans a insisté sur le grave danger qu'encourent les habitants qui ont décidé de rester en dépit de l'ordre d'évacuation et il a instauré un couvre-feu, prévenant les pillards qu'ils seraient immédiatement conduits en prison.


Le président George W. Bush et le vice-président Dick Cheney, vivement critiqués pour la lenteur des moyens fédéraux mis en œuvre après le passage de Katrina, ont annoncé qu'ils n'assisteraient pas à la convention républicaine qui doit officiellement adouber cette semaine John McCain à St Paul dans le Minnesota. Bush devait se rendre en revanche lundi au Texas pour superviser l'organisation des secours.


John McCain s'est rendu dans la région pour constater par lui-même des préparatifs en cours pour faire face à l'arrivée de Gustav et il a annulé tous les discours prévus hier pour l'ouverture de la convention.


D'après la plupart des témoignages sur place, l'évacuation des habitants de la Nouvelle-Orléans et des autres villes côtières se déroule dans le calme bien que la plupart des routes soient noires de monde. Plus de 11,5 millions de personnes réparties sur cinq Etats pourraient potentiellement être affectées par le passage de l'ouragan.


Les garde-côtes américains ont fait état d'une première victime en Floride, un homme tombé de son bateau. Trois autres personnes seraient mortes lors de l'évacuation d'hôpitaux en Louisiane, a indiqué le gouverneur de l'Etat.


Vanessa Jones, une habitante de la Nouvelle-Orléans âgée de 50 ans, avait décidé de rester mais elle a changé d'avis après avoir regardé les informations à la télévision toute la nuit.


"Je ne peux pas prendre le risque car tant de personnes sont mortes avec Katrina", a-t-elle expliqué juste avant de monter dans un bus qui devait l'emmener vers une destination inconnue.


 


Autoroutes prises d’assaut


Des milliers de personnes, portant encore le douloureux souvenir de Katrina, ont pris d'assaut les autoroutes pour fuir la Nouvelle-Orléans et le gouvernement a affrété des trains et des bus pour permettre à 30.000 personnes qui n'en avaient pas les moyens de quitter la ville.


Gustav s'est affaibli après son passage sur l'île de Cuba où il a provoqué d'importants dégâts matériels, sans faire apparemment de victimes. Il avait auparavant tué au moins 86 personnes en République dominicaine, en Haïti et en Jamaïque.


L'ouragan pourrait toutefois s'avérer potentiellement dévastateur pour les installations pétrolières de la région. Lors d'une séance spéciale pour cause de Labor Day, un jour férié aux Etats-Unis, le brut américain a bondi de trois dollars dimanche pour atteindre 118 dollars le baril.


Alors que Gustav traversait le Golfe du Mexique, les experts gardaient un oeil sur la tempête tropicale Hanna, qui a perdu un peu en puissance. Elle se trouve à 225 kilomètres de l'île de Grand Turk dans l'Atlantique.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com