McCain dans la tourmente: La fille de sa colistière enceinte à 17 ans !






La convention républicaine réunie à St Paul (Minnesota, nord) se trouvait toujours dans l'œil du cyclone hier alors que s'accumulent des révélations embarrassantes sur Sarah Palin, la colistière du candidat à la Maison Blanche John McCain.


 


Le Quotidien-Agences


Quelques heures avant que ne débute à St Paul (Minnesota, nord-est) la convention qui a désigné formellement John McCain comme candidat à la Maison Blanche, la campagne du sénateur de l'Arizona a publié un communiqué, signé de Mme Palin et de son mari Todd, annonçant que leur fille aînée, Bristol, âgée de 17 ans, était enceinte.


Steve Schmidt, le principal stratège de McCain, a assuré que la campagne McCain savait que la fille de sa colistière était enceinte avant de la choisir sur son "ticket".


Mais cette affaire ne pourrait être qu'un prélude à d'autres révélations.


Deux grandes chaînes d'information, NBC et ABC, ont indiqué lundi soir que des responsables républicains dont des avocats étaient partis pour l'Alaska pour éplucher la biographie de Mme Palin.


La convention a considérablement réduit la voilure par rapport au programme prévu. Les travaux ont duré seulement deux heures et demi et ont été consacrés à l'examen de questions procédurales. Le président George W. Bush, qui devait être l'orateur vedette de la soirée, a préféré se rendre au Texas (sud) pour superviser la coordination des secours au cas où Gustav provoque une catastrophe.


Quelques minutes après avoir ouvert la première séance de la convention, le président du parti républicain Mike Duncan a demandé aux délégués de faire une donation à la Croix-Rouge en faveur des victimes de Gustav.


Il y a trois ans, l'ouragan Katrina avait durement frappé le sud de la Louisiane et du Mississippi provoquant la mort de quelque 1.800 personnes. L'administration Bush avait mis plusieurs jours avant de réagir s'attirant de vives critiques.


Laura Bush, la femme du président et Cindy McCain, l'épouse du candidat républicain, sont intervenues à la convention pour exhorter leurs compatriotes à la générosité à l'égard des habitants des zones touchées par le cyclone.


Le candidat démocrate, Barack Obama, en campagne dans le Michigan (nord), a également exhorté ses partisans à participer à l'effort national pour aider les personnes victimes de l'ouragan et souligné que tous les Américains devaient être unis au-delà de leurs différences politiques face à cette catastrophe.


Il était attendu en soirée à Chicago (Illinois, nord) après un meeting à Milwaukee (Wisconsin, nord) pour suivre la situation concernant l'ouragan avant de décider de son programme pour la suite de la semaine.


Selon des sondages publiés lundi,  Obama bénéficierait d'une avance allant de six à huit points sur son adversaire.


L'élection présidentielle aura lieu le 4 novembre. Il ne restait lundi que 65 jours avant cette date.


 


__________________________________


 


* Défilé pour demander la fin de la guerre en Irak


 


Ils sont venus par milliers, anciens combattants, grands-mères, familles, pour demander au parti républicain du président George W. Bush, réuni en convention à St Paul (nord), de mettre fin à la guerre en Irak.


Sous l'œil vigilant d'un grand nombre de policiers en tenue anti-émeute, ils ont brandi bannières et drapeaux à travers les rues de la capitale du Minnesota, où les républicains ont désigné officiellement John McCain comme leur champion pour l'élection présidentielle de novembre.


Les autorités avaient mobilisé des tireurs d'élites, postés dans des immeubles le long du parcours, et même un hélicoptère, dont le vrombissement couvrait par moment les slogans lancés par les manifestants.


Une échauffourée a néanmoins éclaté quand un petit groupe de manifestants a quitté la tête du cortège pour s'affronter aux forces de l'ordre. La police a réagi rapidement en arrosant la foule d'un produit irritant, y compris un photographe de l'AFP. Une centaine de personnes ont été arrêtées, la plupart sont détenues pour "émeutes", a indiqué un représentant de la prison du comté de Ramsey à St Paul (Minnesota, nord).


"Je suis là pour toutes les femmes irakiennes qui ne peuvent venir", a déclaré Mim Olsen, une femme de 72 ans, qui a participé à quelques unes des plus grandes marches pour les droits civiques dans les années 60 aux Etats-Unis.


Des anciens combattants rentrés d'Irak ont rejoint des mamans poussant leur progéniture et des étudiants criant des slogans contre l'administration Bush.


"Nous nous sommes enrôlés parce que nous avions une vision altruiste de promotion de la liberté et de la justice à travers le monde", a déclaré Vince Emanuel, un caporal qui s'est rendu en Irak entre août 2004 et avril 2005.

"Mais nous avons vu des innocents être tués et des biens être détruits et pour beaucoup d'entre nous cela a détruit nos convictions", a-t-il ajouté.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com