Moscou : Aucun pays ne peut nuire au partenariat russo-européen






Aucun pays au monde n'est en mesure de porter sérieusement atteinte au partenariat entre la Russie et l'Union européenne, a déclaré hier le représentant permanent de la Russie auprès de l'UE, Vladimir Tchijov lors d'une vidéoconférence Bruxelles-Moscou organisée par RIA Novosti.


 


Le Quotidien – Agences


"Je pense que le destin de l'UE et de la Russie est d'être partenaires. La Russie occupe la troisième place parmi les partenaires commerciaux de l'UE. Je peux dire qu'aucun pays ne saurait porter sérieusement atteinte à ces relations. Les liens qui nous unissent sont très solides", a déclaré Tchijov.


Selon Tchijov, le sommet Russie-UE de Nice aura lieu dans les délais prévus.


"Le sommet aura lieu début novembre. Il s'agit d'un sommet régulier et il aura lieu comme prévu", a-t-il poursuivi.


Selon lui, au moins trois rencontres organisées par le ministère russe des Affaires étrangères, consacrées entre autres à l'énergie et à la justice, précéderont le sommet.


Par ailleurs, les Européens vont renforcer leurs relations avec la Géorgie, en soutenant politiquement et économiquement la reconstruction du pays après la guerre avec la Russie, mais Tbilissi est malgré tout très loin de se voir promettre une adhésion, même lointaine, à l'Union européenne.


Les 27 réunis avant-hier à Bruxelles pour un sommet extraordinaire ont décidé de "renforcer" leur relation avec cette république du Caucase.


D'abord à court terme en organisant une conférence des donateurs pour la reconstruction du pays, auquel l'UE a déjà octroyé 15 millions d'euros d'aide d'urgence.


Puis à plus long terme, par la négociation d'un accord de facilitation des visas de courte durée dans l'UE et par "la mise en place éventuelle d'une zone de libre-échange".


Mais, comme l'a laissé entendre le Premier ministre géorgien Lado Gourguénidzé, ce pays encore fragile, concentré sur son entrée promise dans l'Otan, doit avant tout "consolider" sa situation avant de penser à son avenir européen.


"La Géorgie est un très vieux pays mais une jeune démocratie libérale, il est donc crucial qu'elle consolide ses progrès", a-t-il indiqué à Bruxelles, interrogé sur la perspective d'une adhésion de son pays à l'UE.


"Il est clair qu'étant donné les circonstances, nous ferons cela plus facilement avec le soutien de nos amis et alliés, et à travers une intégration plus étroite avec l'UE. Les modalités de cette intégration plus étroite seront un sujet de discussion dans l'UE" et ces discussions "prendront du temps", a-t-il ajouté, sans jamais prononcer le mot "adhésion" à l'UE.

Mais la Géorgie ne sera malgré tout pas oubliée par les Européens, qui outre leur aide financière, doivent l'intégrer dans le nouveau "partenariat oriental", imaginé par les Polonais et les Suédois pour rapprocher l'UE de ses voisins de l'Est (Ukraine, Moldavie, Azerbaïdjan, Arménie, Géorgie, Bélarus s'il se démocratise).


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com