Les talibans: «Si les Français ne partent pas, nous les tuerons tous»






Deux journalistes français ont retrouvé le commando de talibans, qui a posé pour eux avec les armes retrouvées sur les cadavres des soldats français. Selon leur chef, "si les Français ne partent pas avant la fin du Ramadan, nous les tuerons tous".


 


Le Quotidien-Agences


L'hebdomadaire français  Paris Match publiera aujourd’hui  un document sur les talibans qui auraient tué les 10 soldats français le 18 août dernier. Deux journalistes ont photographié et interviewé le chef de la milice talibane qui a posé avec d’autres membres pour le magazine avec des objets récupérés sur les cadavres des soldats français, dont les fameux fusils Famas de l'Armée française.


Pour authentifier le groupe, la montre d'un des soldats français a été donnée aux journalistes, preuve de leur "honnêteté". Selon les journalistes, les talibans, des hommes jeunes, auraient été respectueux. Ils en ont profité pour faire passer un message à la France, l'enjoignant à quitter l'Afghanistan, sous peine de violence. Le commandant Farouki qui a accordé l'interview à l'hebdomadaire a justifié l'attaque en expliquant que les talibans "ont voulu montrer aux soldats français qu'il faut cesser d'aider les Américains". "Ces hommes sont morts à cause de Bush et de votre président", a affirmé le commandant au journaliste qui l'interviewait. "Si les Français ne partent pas avant la fin du ramadan, nous les tuerons tous", rapporte un des journalistes, interrogé hier matin sur Europe 1.


Un message pour affirmer que les talibans se sont "restructurés, qu'ils tiennent une bonne partie du pays et qu'ils ne sont plus très loin de Kaboul", selon la journaliste.


Les talibans auraient décidé quelques jours avant l'embuscade, lors d'un conseil au Pakistan, d'attaquer les soldats français dès qu'ils quitteraient leur base. Même si l'embuscade n'aurait pas été planifiée, une "information de leur intelligence" les aurait alertés qu'une patrouille française se dirigeait vers leur territoire. "Les talibans ont donc mis en place l'embuscade avec de vraies stratégies militaires", rapporte la journaliste. Le commandant Farouki précise qu'ils étaient "140 combattants" et que "si la nuit n'était pas tombée, les soldats auraient été tous tués".


Ils auraient détenu les corps en leur possession pendant un certain temps, mais aucune torture n'aurait été infligée.

La journaliste a affirmé qu'une vidéo prise par un des talibans présent lors de l'attaque, "un peu cameraman", circulerait.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com