49e rapport de la BCT : Un taux de croissance économique de 6,3% en 2007






Le nouveau rapport de la BCT dresse un bilan assez positif pour le développement de l’économie tunisienne au cours de l’exercice écoulé, marqué par certaines caractéristiques très difficiles, notamment une crise financière mondiale.


 


 


Tunis – Le Quotidien


M. Taoufik Baccar, gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) a présenté, mercredi dernier, au Président de la République, le 49e rapport de la Banque, qui analyse les principales évolutions économiques et financières enregistrées en 2007 sur les plans international et national, ainsi que les résultats financiers de la BCT au titre de cet exercice.


Dans la lettre introductive de ce nouveau rapport, M. Taoufik Baccar a précisé que l’économie mondiale a connu à l’entame de l’été 2007 une crise financière d’une ampleur sans précédent au cours des dernières décennies, notant que cette crise a débuté aux Etats-Unis avant de se propager dans les principales places financières internationales.


Et d’expliquer que l’acuité de cette crise s’est accentuée sous l’effet de l’apparition de vagues successives de hausses des prix des produits de bases. Les turbulences qui ont secoué les marchés financiers se sont répercutées sur l’ensemble des économies des pays industrialisés et généré des pressions accrues sur les perspectives de l’économie mondiale.


Sur le plan national, souligne le gouverneur de la BCT, et en dépit de la forte hausse des prix des produits de base, l’énergie en particulier, le processus de développement économique s’est poursuivi ainsi que la maîtrise des équilibres internes et externes, encore que les répercussions de la crise financière n’ont pas atteint jusqu’à la fin 2007, l’économie nationale excepté l’accroissement des marges de refinancement sur les marchés internationaux.


L’année 2007 a été marquée également par la poursuite des efforts du secteur bancaire dans le financement de l’économie et la promotion de l’investissement, parallèlement à la consolidation de ses assises financières, l’amélioration de la qualité de ses prestations et le développement de ses capacités à travers l’adoption de mécanismes et autres instruments modernes de gestion des risques, s’inscrivant ainsi dans le droit fil de l’élan réformateur véhiculé par votre programme pour la Tunisie de demain.


Le rapport de la BCT note, également, que l’année 2007 a été une année charnière dans l’exécution du programme présidentiel pour la Tunisie de Demain, et a coïncidé avec le parachèvement de l’accord de partenariat avec l’Union Européenne, couronnant une période de réformes profondes touchant les différents secteurs de l’économie nationale.


Selon ce même rapport, l’économie nationale est parvenue à réaliser un taux de croissance de 6,3% en termes réels en 2007, contre 5,5% en 2006. Ce taux de croissance a été atteint grâce au dynamisme du commerce extérieur et à la bonne tenue de l’investissement qui a cru de 12,9%.


Cette évolution importante des investissements a bénéficié d’une large contribution du secteur privé tunisien, qui a atteint près de 60% de l’investissement global, et du dynamisme de l’investissement direct étranger. Elle a eu, par ailleurs, des retombées positives sur le marché de l’emploi avec des créations de près de 80 mille nouveaux postes de travail contre 77 mille en 2006.


 


Encore des efforts pour poursuivre l’évolution économique


Concluant cette lettre introductive du nouveau rapport de la BCT, M. Taoufik Baccar a affirmé que les performances réalisées en Tunisie en 2007, notamment au niveau de l’accélération du rythme de la croissance et l’amélioration du revenu par habitant arrivant à près de 4400 dinars, reflètent les efforts importants déployés tout au long des dernières années dans le cadre de l’exécution du programme d’avenir pour la Tunisie de Demain.


M. Baccar a noté, cependant, que l’ampleur des pressions, connues sur le plan international depuis l’été 2007, et dont aucun pays n’est à l’abri, nécessite plus de vigilance et le déploiement de tous les efforts pour réaliser les objectifs visés durant cette étape décisive.    


Cela exige la contribution de toutes les composantes de la collectivité nationale, l’optimisation de l’exploitation des capacités existantes dans tous les secteurs, l’amélioration de la production, ainsi que la compression des coûts et le renforcement de la compétitivité de l’économie nationale.


Le gouverneur de la BCT s’est montré très optimiste quant à l’évolution de cette économie, en concluant que notre pays, qui a réussi par le passé à relever des défis non moins importants, est capable de mobiliser toutes ses énergies, d’assurer l’allocation optimale de ses ressources et de poursuivre avec succès son développement.


 


M.Z




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com