Femmes exemplaires : Dame Zaynab face au despote






Dame Zaynab passait ses nuits à la porte de son Seigneur demandant Sa satisfaction et se dévouant à Son adoration. Elle n’abandonna jamais ses prières nocturnes même à la veille de l’assassinat de son frère Al-Hussayn qui lui demanda de ne pas l’oublier dans ses invocations. Son adoration, son humilité et la finesse de son âme eurent un effet remarquable sur les gens qui l’entouraient et se reflétèrent dans ses paroles et dans les poèmes qu’elle composait. La vie de Dame Zaynab ne peut être abordée sans mention des événements de Karbala et du malheur qu’encoururent les descendants du Prophète — paix et bénédictions sur lui — pendant et après cette bataille qui affligea le cœur de tout croyant. En 61 A.H., l’Imâm Al-Husayn, accompagné par les descendants du Prophète, dont Dame Zaynab, partit pour Al-Koufah à la demande de ses habitants voulant se révolter contre Yazid Ibn Mouawiyah. À l’époque, ce dernier était un Calife connu pour son despotisme, son injustice et sa perversion. Dame Zaynab ne cacha pas son inquiétude pour son frère qui risquait ainsi de se faire tuer, en comptant surtout sur des gens ayant autrefois manqué à leur promesse de soutenir son père. Bien que consciente du danger qui menaçait la vie de l’Imam Al-Hussayn, elle choisit de l’accompagner et de le soutenir dans cette épreuve. Le convoi étant arrivé à Al-Koufah, Abd Allah Ibn Zyad, à l’époque gouverneur de Bassora et d’Al-Koufah, dépêcha sous la direction de Omar Ibn Saad une armée de quatre mille soldats afin de combattre l’Imam. Les gens d’Al-Koufah ayant manqué à leur promesse, Al-Hussayn n’avait de son côté que 72 partisans, tous descendants du Prophète, en plus d’un groupe de personnes qui préféra le martyre dans le camp de l’Imam. Al-Hussayn, l’héritier du Messager miséricordieux, avait demandé à ses compagnons de retourner chez eux, sains et saufs, accompagnés des femmes et des enfants, et de le laisser faire face aux injustes, seul. Mais ses vaillants partisans jurèrent de ne point l’abandonner et de le défendre corps et âme aussi longtemps qu’ils seront de ce monde.Le combat commença ; les descendants du Prophète tombèrent en martyrs l’un après l’autre sous les yeux de Dame Zaynab. Voyant à la fin de la bataille Al-Husayn assassiné et ses deux fils martyrisés, Dame Zaynab s’écria : «Ô Mohamed ! Que le Seigneur du ciel t’accorde la paix, voici Hussayn par terre, membres mutilés, et voici tes filles emprisonnées. A Allah est ma complainte, à Mohamed, à Ali Al-Murtada, à Fatima Az-Zahra et à Hamza maître des martyrs». Elle s’adressa ensuite aux gens d’Al-Koufah qui s’étaient rassemblés pour voir le convoi triste conduit vers Abd Allah Ibn Ziyad, et dit : «Louange à Allah et paix et bénédictions sur mon père Muhammad et sur sa descendance pieuse et bienfaisante. Ô gens d’Al-Koufah, gens de la tromperie et de la duperie, pleurez-vous ? Que vos larmes ne cessent de couler et que votre douleur ne cesse de vous peiner. Vous êtes comme celle qui défit brin par brin sa quenouille après l’avoir solidement filée en prenant vos serments comme un moyen pour vous tromper les uns les autres. Malheur à vous, gens d’Al-Koufah, savez-vous quel proche parent du Prophète avez-vous attaqué et quel sang lui avez-vous effusé ? Vous avez certes commis une chose abominable. Peu s’en faut que les cieux ne s’entrouvrent, que la terre ne se fende et que les montagnes ne s’écroulent. Que la clémence d’Allah ne vous enorgueillit car votre Seigneur est à l’affût».




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com