Femmes exemplaires … Fatima Az-Zahra (La Resplendissante) : La fille du Prophète






Fatima était la cinquième enfant du Prophète Mohamed — paix et bénédictions sur lui — et de sa femme Khadija — qu’Allah l’agrée. Elle naquit alors que son respecté père avait commencé à passer de longs moments de solitude dans les montagnes entourant Makkah, méditant et réfléchissant aux grands mystères de la création.


C’était le moment, avant que le Prophète Mohamed — paix et bénédictions sur lui — ne commence à recevoir la Révélation, où sa sœur aînée, Zayneb, épousa son cousin Al-As Ibn Ar-Rabia. Puis suivit le mariage de ses deux autres sœurs, Rouqayya et Oum Koulthoum, avec les fils d'Abou Lahab, l’oncle paternel du Prophète — paix et bénédictions sur lui —. Abou Lahab ainsi que sa femme Oum Jamil étaient devenus des ennemis jurés du Prophète — paix et bénédictions sur lui — au tout début de sa mission publique, la petite Fatima — que Dieu l’agrée — vit alors ses sœurs quitter la maison l’une après l’autre pour vivre avec leurs époux. Elle était trop jeune pour comprendre la signification du mariage et les raisons pour lesquelles ses sœurs devaient quitter la maison. Elle les aimait beaucoup et fut triste et solitaire après leur départ. Bien entendu, même après le mariage de ses sœurs, elle n’était pas seule dans la maison de ses parents. Barakah, la servante d’Amina, la mère du Prophète — paix et bénédictions sur lui —, qui était avec le Prophète — paix et bénédictions sur lui — depuis sa naissance, Zayd Ibn Haritha — qu’Allah l’agrée — et Ali— qu’Allah l’agrée, le jeune fils d'Abou Taleb faisaient tous partie de la famille de Mohamed — paix et bénédictions sur lui — à cette époque. Et bien sûr, il y avait sa mère affectueuse, Khadija — que Dieu l’agrée —. Elle était une enfant exceptionnellement sensible pour son âge.


A l’âge de cinq ans, elle apprit que son père était devenu "Rassoul Allah", le Messager de Dieu — paix et bénédictions sur lui —. Sa première obligation était de transmettre la bonne nouvelle de l’Islam à sa famille et à ses proches relations. Ils devaient adorer Dieu Tout-Puissant Seul. Sa mère, qui était un puissant appui et soutien, expliqua à Fatima — qu’Allah l’agrée — ce que son père devait faire. A partir de ce moment, elle devint plus étroitement liée à lui et éprouva un amour profond et durable pour lui. Souvent elle marchait à ses côtés, à travers les rues étroites et les sentiers de la Mecque, visitant la Kaaba, s’occupant des secrètes réunions des premiers musulmans à avoir accepté l’islam et à avoir prêté allégeance au Prophète — paix et bénédictions sur lui —. Elle fut témoin de nombreuses scènes de cruelle opposition et de harcèlement contre son père et les premiers musulmans. Elle ne se tenait pas sagement de côté mais se joignait à la lutte pour la défense de son père et de sa noble mission. Elle n’était encore qu’une jeune fille, et au lieu de gambader joyeusement, au lieu de la gaieté et l’entrain auxquels chaque enfant de son âge est et doit normalement être habitué, Fatima — qu’Allah l’agrée — était témoin, et participait à de rudes épreuves. Bien sûr elle n’était pas la seule. Toute la famille du Prophète paix et bénédictions sur lui — souffrait à cause des violents et stupides Qouraych. Ses sœurs, Rouqayya et Oum Koulthoum souffraient également. Elles vivaient à ce moment dans un environnement de haine et de machination contre le Prophète — paix et bénédictions sur lui —. Leurs maris étaient Outba et Outayba, les fils d'Abou Lahab et d'Oum Jamil. Oum Jamil était connue comme une femme dure et bourrue qui avait une langue acérée et mauvaise…

(A suivre…)


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com