Le maire de Rome suscite une nouvelle polémique






Le Quotidien — Agences


Des propos du maire de Rome Gianni Alemanno, qui tient à établir une distinction entre le fascisme et le "mal absolu" que constituent les lois italiennes antijuives de 1938, ont suscité une vague de protestations en Italie.


Dans une interview au Corriere della Sera, Alemanno, ancien militant d'extrême droite élu au printemps dernier à la mairie de Rome sur la liste du Peuple de la liberté de Silvio Berlusconi, affirme qu'il "ne considère pas et jamais considéré le fascisme comme le mal absolu".


"Le fascisme a été un phénomène plus complexe", dit-il dans cette interview publiée alors qu'il est en visite en Israël.


"Beaucoup de gens ont rejoint le fascisme en toute bonne foi et je ne pense pas qu'on puisse parler de mal absolu à leur sujet. (Mais) les lois raciales voulues sous le fascisme et qui ont contribué à sa fin politique et culturelle étaient, elles, le mal absolu", poursuit-il.


Plusieurs élus de gauche ont aussitôt accusé le maire de Rome de tenter indirectement de réhabiliter le fascisme."

Tout ce qui vise à légitimer un phénomène tragique, dramatique, absolument inacceptable comme le fascisme relève d'une attitude totalement irresponsable", a déclaré le député Roberto Giachetti, pour qui "le régime fasciste est la période la plus sombre de l'histoire de l'Italie".


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com