Sarkozy à Moscou … Mission: dompter l’ours russe






Le Quotidien — Agences


Nicolas Sarkozy a exhorté de nouveau la Russie à appliquer le plan de paix conclu avec la Géorgie mais son homologue russe Dmitri Medvedev insiste sur l'élément nouveau que constitue selon lui la reconnaissance par Moscou de l'indépendance de l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie.


Le chef de l'Etat français, président en exercice du Conseil européen, et le président russe se sont retrouvés à la mi-journée dans le manoir de Mayendorff, à 20 km à l'ouest de Moscou.


Mandaté par le Conseil européen extraordinaire du 1er septembre, le président français est accompagné par celui de la Commission européenne, José Manuel Barroso, par le haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune, Javier Solana, et par le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner.


"Je partage le point de vue du président Medvedev. L'accord en six points que nous avons négocié (le 12 août) est une base de départ", a-t-il dit au début de l'entretien dans une pièce lambrissée du manoir, sous un plafond représentant le Déluge et l'Arche de Noé.


"Et c'est cet accord qui doit être mis en oeuvre", a-t-il ajouté. "Je ne doute pas que si chacun veut avoir un comportement responsable, nous trouverons des solutions", a estimé Nicolas Sarkozy, qui a dit parler au nom d'une "Europe unie (...) qui veut la paix, la (...) confiance et de bonnes relations de voisinage" avec la Russie.


"Je le dis à nos amis russes: avec le président Barroso, nous portons les espoirs de 27 pays", a-t-il souligné.


"De la même façon que nos amis russes défendent leurs convictions avec force, l'Union européenne a aussi des principes et des convictions."


Auparavant, le président russe avait estimé qu'il était temps "d'assurer le progrès dans la mise en pratique du plan Medvedev-Sarkozy".


Il a cependant fait valoir qu'il y a avait eu depuis le 12 août "d'autres événements (...), notamment la reconnaissance par la Russie de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie".

"Je crois que les nouvelles approches qui ont vu le jour nous permettront de faire progresser la situation", a ajouté Dmitri Medvedev.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com