Emploi, «l’esprit» est-il en panne !






Quoi de plus simple que le domaine de la papeterie ? Il faut voir les nouveaux cahiers Claire-Fontaine pour comprendre le sens de cette question.


Alors que nos papetiers se concentrent sur le marché local pour proposer encore et toujours de la gamme très moyenne, on ne peut leur en tenir rigueur puisque les consommateurs tunisiens ne sont pas prêts à débourser le prix qu’il faut pour la haute qualité. C’est logique, n’est-ce pas?


Regardons maintenant les choses sous un autre angle, plus large, et dites-vous que tout ce qui touche à la papeterie constitue un marché toujours en hausse, toujours en effet de demande, toujours assoiffé dans le monde d’en-face. Et pour avoir une petite idée de ce marché, un exemple : l’une des nouvelles versions des cahiers Claire-Fontaine que nous trouvons en petit nombre dans certaines librairies. Cette version s’appelle ‘’Clairing’’ et propose un nouveau genre de reliure perforée faisant de chaque feuille un intercalaire dont on peut changer l’ordre à tout moment. Ajoutez à cela un papier d’une qualité diabolique et un prix de 9,8 dinars (par comparaison, les cahiers tunisiens simples et de même format coûtent près de 0,5 dinar).


Alors que la rentrée scolaire accapare l’attention, les parents tunisiens ont un budget à boucler et ils ne sont certainement pas les clients de ce genre de produit innovant, du moins la majorité écrasante.


Mais ce n’est pas notre propos, c’est une adresse à toutes les parties liées de près ou de loin aux papetiers tunisiens leur signalant que l’avenir est à l’exportation et que cela n’est possible qu’avec de l’innovation, comme pour tous les secteurs. Aucun domaine n’est exempt de cette règle immuable du marché… et c’est là précisément que se trouve l’esprit de l’emploi : rien n’est trop ‘’petit’’ si l’on veut créer des emplois et rien ne vaut sans jouer totalement le jeu.


 


Manoubi AKROUT

manoubi.akrout@planet.tn


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com