Des soldats russes tuent un policier géorgien : Prémices d’embrasement ?






Le Quotidien — Agences


Des soldats russes ont tué hier un policier géorgien, selon Tbilissi, tandis qu'aucun signe tangible de leur retrait de Géorgie n'est encore perceptible et que Moscou et l'UE divergent sur la future mission d'observateurs européens.


Deux jours après la conclusion d'un accord prévoyant le départ des forces russes de Géorgie, hors territoires séparatistes, d'ici le 10 octobre, des soldats ont tiré sur un poste de police à Karateli, une position russe clé dans le nord du pays. "Un poste de police géorgien s'est retrouvé sous le feu d'un checkpoint russe vers 09H15 (05H15 GMT). Les Russes ont tiré à deux reprises", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Chota Outiachvili.


Un policier géorgien, touché à la tête et à la gorge, est mort peu après de ses blessures, a-t-il ajouté, assurant que la police géorgienne n'avait "pas répliqué aux tirs".


Karateli se trouve sur la route stratégique reliant la ville géorgienne de Gori à la capitale de la région séparatiste d'Ossétie du Sud, Tskhinvali. Des forces russes sont concentrées dans cette région limitrophe de l'Ossétie ainsi que dans l'ouest de la Géorgie.


Aucun signe de retrait de ces forces n'était perceptible hier matin, selon le secrétaire du Conseil national de sécurité Alexandre Lomaïa.


Contrairement à ce que Tbilissi avait annoncé, "ce sont non pas des soldats russes mais des milices abkhazes qui ont quitté mardi le village de Ganmoukhouri, proche de l'Abkhazie, a-t-il expliqué, admettant la diffusion "d'informations erronées" la veille par le gouvernement géorgien.


"Les Russes ont levé un barrage sur un pont là-bas et la police géorgienne est retournée dans le village" mais les forces russes maintiennent des positions dans le village, a précisé Lomaïa.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com