Festival de la Médina : Hanine et sa salsa à la cubaine






La jeune Libanaise est de retour à Tunis où le (son) public du 26e festival de la Médina l’attend demain aux Jardins du Palais Kheïreddine (Musée de la Ville de Tunis). Elle revient donc avec bonheur et toujours avec sa salsa «grassement» épicée à la cubaine. 


 


Les Tunisiens connaissent bien cette jeune Libanaise, charmante comme tout, venue tant de fois chez nous. Ils l’ont découverte, il y a quelques années, grâce à ce même festival de la Médina. Où elle les a tous impressionnés dès son premier concert tunisien. Par sa fraîcheur, son dynamisme, et surtout par sa voix qui nous renvoie un peu à son aînée Ismahène.  C’était au Théâtre municipal de Tunis (la Bonbonnière) à l’époque de Mokhtar Rassâa. De mémoire de journaliste, on se souvient de cette «bombe» de beauté qui a fait un tabac, et fait surtout tourner des têtes. Car son premier soir était aussi un beau spectacle bien poivré. C’était un mélange heureux avec plusieurs genres musicaux arabes, relevé au goût cubain. Ce soir là, la Libanaise n’a pas déçu ceux qui ont parié sur son talent et a fait bonne recette. Depuis, les responsables du doyen de nos festivals ramadanesques pensent souvent à ce petit bout de femme et ont recours à son talent. Tout comme d’autres festivals internationaux. Nous pensons ici, notamment à celui de Tabarka. Où elle a mis le feu à la Basilique et enflammé les Aoûtiens. Cette année encore, cette Madonna des Arabes, un peu comme Chakira, a répondu oui à l’invitation tunisienne.


Et bien sûr, Hanine (traduire : nostalgie) ne sera pas seule sur scène. C’est comme d’habitude. Avec une armada de ses musiciens cubains et une batterie d’arrangements. Un patchwork de sons balayés avec des couleurs de Mohamed Abdelwahab, Abdelhalim Hafedh, Farid Al Atrache, Faïrouz, Ismahane. Le tout mariné avec une sacrée dose de Cha Cha Cha et coupé d’un trait fort à la cubaine.


Au programme de la soirée de mercredi, il y aura certainement beaucoup à écouter mais aussi  à voir et à contempler. On prévoit une sorte de variété aux divers tons à la fois gais et chatoyants. Où tout est caressé avec les clés d’un Orient doux. Et  où tout est noyé dans les couleurs de l’Atlantique. S’associeront donc à la pétillante et soyeuse voix  de Hanine, on l’imagine, des chorégraphes, des pas et des sauts, des tours et des contours qui esquisseront une enthousiaste fusion. Avec aussi une addition d’humour. Et pas n’importe quel humour ! Soit décapant soit non. Et ce que fait Hanine en compagnie de ses potes, ça fleure bon la mayonnaise qui prend bien. C’est ainsi qu’on imagine et sans aucun doute le soir de «Hanine y Son Cubano». Le charme d’une soirée qui promet et qui n’est ni tout à fait d’Orient ni tout à fait de Cuba,  mais c’est les deux à la fois. Un spectacle hautement coloré à  ne pas rater…


 


Z.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com