Ramadan côté jeunes: Seul un mois de sursis ?…





Soudainement, certains jeunes reprennent goût à se réunir avec les membres de leurs familles ! Ils deviennent plus coopératifs, plus patients et beaucoup moins indécents durant le mois saint. Le lot de bêtises et de dérapages est nettement réduit. Il paraît que l’ambiance ramadanesque les incite à se remettre en question et à bien réfléchir avant d’agir. Elle réconcilie également nombre de jeunes avec l’atmosphère traditionnelle aux arômes typiquement tunisiens.


 


Tunis-Le Quotidien


Zied, élève de 16 ans, essaye autant que faire se peut de se débarrasser de ses «défauts», ne serait-ce que durant un seul mois de l’année. Le jeune homme reçoit Ramadan avec gaieté de cœur dans la mesure où cette période est considérée comme une chance d’anoblir l’âme et d’assainir le mode de vie. «Le premier vilain défaut que nous sommes tous capables d’éradiquer durant le jeûne est l’impatience. Et puis, qui dit Ramadan, dit prière, piété et dévotion. Le jeûneur est redevable de maintenir une ligne de conduite correcte durant le mois du jeûne. Or, à observer le comportement des jeunes gens dans la rue, il n’y a qu’un seul comportement qui disparaît de manière visible: le fait de manger, de boire et de fumer. Certains trouvent dans le jeûne un alibi pour légitimer leur comportement grincheux ou ce qu’on appelle «hchichet romdhan» et tout ce qui s’ensuit. Et la majorité considère Ramadan comme le mois des veillées, des soirées, des délicieux mets et de la gourmandise. Cela dit, certains jeunes se transforment de fond en comble durant le mois de Ramadan. Ils s’abstiennent de draguer. Ils s’abstiennent de médire. Ils ne se permettent plus de mentir, de prononcer des mots inconvenants ou grossiers, de tourner les autres en dérision… Or, nombreux sont ceux qui reprennent leurs vieilles mauvaises habitudes dès le jour de l’Aïd», dit-il.


 


Salim, 15 ans, se permet en temps normal quelques parties de ragots. Le jeune homme peut aussi mentir s’il le faut, draguer des filles … Mais dès que le mois saint de Ramadan est là, le jeune homme se transforme quasi radicalement. «Je ne sais pas d’où me vient cette force de résister devant les multiples plaisirs et tentations de la vie durant le mois saint. Plus encore, je n’éprouve plus aucun besoin de regarder une fille ou de tourner les autres en dérision. Il est possible que la piété durant le mois de Ramadan et l’atmosphère de droiture qui règne nous empêchent d’agir de manière vile. Les conditions générales et l’atmosphère bloquent certaines tendances à suivre les instincts. Ramadan nous rapproche de la force divine, de la pureté et de la bonté. C’est fou, je n’éprouve plus le moindre besoin de céder aux tentations qui en temps normal me sollicitaient beaucoup. Et puis, je me retrouve en train d’aider à la maison, chose que je ne fais généralement pas du tout. Toutefois, une fois Ramadan fini, la majorité reprend petit à petit ses mauvaises habitudes et on oublie ce qu’on a appris durant tout un mois pour répondre encore une fois à l’appel des sirènes», reconnaît-il.


 


Fadoua, 16 ans, essaye également de se maîtriser durant le mois de Ramadan. «Lorsque je suis à jeun, je n’éprouve plus aucune envie de m’occuper des affaires des autres et je me sens plus pacifiste que d’habitude avec tout le monde. Pour le reste, il n’y a pratiquement rien qui change en moi à part le fait de m’abstenir de boire et de manger ! Je crois être assez bonne de nature. Ramadan ne change pas grand-chose en moi à vrai dire. Cela dit, le mois saint donne un vrai coup de fouet aux filles. Nombre de jeunes filles mettent des tenues beaucoup plus correctes et décentes que d’habitude. Elles boudent certains habits et les enterrent au fond du placard. Elles mettent la main à la pâte et deviennent beaucoup plus dociles à la maison. Elles retiennent également leurs mauvaises langues et font en sorte de ne plus médire autrui, chose qui nécessite un grand effort parce que les potins et les ragots sont des hobbies pour un grand nombre de filles. Toutefois, je me demande pourquoi elles ne maintiennent pas le cap ? Si elles s’abstiennent de faire plusieurs choses durant Ramadan, cela veut dire qu’elles sont conscientes que c’est un comportement banni et inacceptable, alors pourquoi le font-elles ? C’est sur cela qu’il faut méditer», dit-elle.


 


Nour, élève de 17 ans, se retrouve naturellement en train d’agir de manière différente. «Le fait de lutter contre les tentations et de freiner nos besoins instinctifs n’est pas chose difficile durant Ramadan parce que les conditions générales, l’entourage et l’aura du mois basculent tous dans un seul camp : la bonté ! Cela nous aide donc à défier nos envies et à maintenir le droit chemin. Il est vrai que nous sommes conscients que certaines valeurs ne sont pas respectées comme il se doit et nous sommes conscients également que la drague, la médisance, les ragots, etc. sont des défauts qu’il faut combattre. La question qui se pose est : pourquoi n’arrivons-nous à le faire que durant le mois de Ramadan seulement ? Je crois que le jeûne purifie l’âme et nous rend prédisposés à faire le bien et combattre le mal.», dit-elle.


 

Propos recueillis par Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com