A.G. élective du S.T.: Tourner la page sans faire trop de bruit





Au Bardo, dans le giron des supporters stadistes, on s’apprête à vivre une nouvelle ère avec de nouvelles figures sportives prêtes à prendre le témoin. Sauf surprise de dernière minute, M. Mohamed Acheb va se retirer après quatre ans de louables services.



C’est du moins ce qui est prévu pour l’AG élective du ST qui se tient aujourd’hui, à un horaire un peu bizarre (10h00 du matin) au Forum du Bardo. D’après les tractations et les contacts établis ces derniers jours, on s’attend à du nouveau avec l’arrivée à la tête du ST d’un jeune président, M. Mohamed Dérouiche, qui fut longtemps l’un des plus sérieux mécènes du club aussi bien avec M. Acheb que d’autres présidents. Aujourd’hui, c’est à son tour de prendre la relève même si cette exigeante tâche le contraindra à consentir beaucoup de sacrifices. C’est tant mieux pour le Stade Tunisien d’autant plus qu’avec cette nouvelle génération de dirigeants branchés et conscients des changements imposés par le professionnalisme, beaucoup de choses demeurées encore au stade de l’amateurisme vont devoir épouser l’ère moderne d’un football où la rigueur, l’organisation et les moyens financiers comptent le plus. C’est également tant mieux pour le ST qu’on annonce déjà une calme passation de pouvoir qui honorera les partants et les nouveaux arrivés.


 


Y aura-t-il une surprise ?


Jusqu’à hier soir, le doute persistait au Bardo avec des échos faisant état d’une unanimité autour de M. Mohamed Dérouiche et d’autres qui confirment la reconduction de M. Mohamed Acheb à son poste par un troisième mandat consécutif. Cette confusion, ajoutée à une pétition signée par les joueurs qui expriment leur attachement à leur président, une action jugée spontanée par les uns et «imposée» par d’autres, a mis les supporters stadistes dans une ambiance insupportable d’attente et d’incertitude. Et comme on peut s’attendre à tout au Stade Tunisien, on peut oser dire que tout peut arriver même s’il paraît curieux et invraisemblable de voir M. Dérouiche accueilli et soutenu par les autorités ces derniers jours et sommé de se retirer à la dernière minute. Il s’agit d’un scénario incroyable que certains n’écartent pas au grand bonheur de M. Acheb. Toutefois, tout sera mis au clair avant l’entame des travaux de l’AG élective.


 


Kamel ZAÏEM


_____________________


 


* Décréter l’union sacrée


 


C’est l’année du soixantième anniversaire du ST, soit l’âge mûr, l’âge de la sagesse, mais au Bardo, on continue à gérer le quotidien du club avec beaucoup de légèreté.


Pire encore, le club bardolais se trouve souvent emporté par plusieurs «courants» intenses. C’est le cas à l’heure actuelle où l’on se bouscule pour «imposer» un président.


En effet, il y a les pro-Achab, les pro-Ben Khoud et les pro-Dérouiche. Comme d’habitude, serions-nous tenté de dire puisque au Bardo chaque clan présente un candidat et chaque candidat ne ménage aucun moyen pour s’attirer la sympathie des supporters stadistes.


Ils y vont même jusqu’à organiser des campagnes de presse gourmande de nouvelles exclusives. A ce propos, signalons que l’un de ces puissants candidats a convié certains chevaliers de la plume à un dîner copieux dans un restaurant de très haut standing de la banlieue nord. Résultat : on ne cesse sur les colonnes d’un journal de la place de le présenter comme étant le «PRESIDENT» du ST !!! Drôle alors que l’AG du club sera tenue aujourd’hui et c’est aujourd’hui qu’on connaîtra le nom du nouveau président stadiste.


 


Une ingratitude légendaire


Que Mohamed Achab s’en aille ou qu’il reste à la tête du club, cela importe peu, car la vie au sein du ST va continuer quel que soit le nom du président, mais le fait qui intrigue le plus au Bardo, c’est qu’on continue à traiter les enfants du club avec beaucoup d’ingratitude.


Nombreux sont ceux qui ont été fortement déçus par l’attitude des stadistes. A cet effet, faut-il rappeler le cas des noms célèbres poussés vers la porte de sortie par une frange qui se veut Stadiste à commencer par les cas des frères Kerrit, Brahim puis Naceur, du président emblématique du club Hédi Enneïfer, sorti sur la pointe des pieds après 16 ans de règne à la tête du club, et surtout après l’avoir servi avec beaucoup d’abnégation et contribué à assurer l’avenir d’un grand nombre de joueurs et certains des membres de leurs familles et des supporters. Hédi Enneïfer n’a jamais été honoré au Bardo. Tout comme son prédécesseur Ajmi Slim, le secrétaire général légendaire Slah Damergi et des dizaines de joueurs dont les frères Limam, Mohsen Jendoubi, Férid Belhoula, Abdallah Trabelsi, Hédi Braiek et j’en passe; l’ingratitude est donc une caractéristique presque propre au club bardolais et, par conséquent, on n’a pas à s’étonner de cette campagne visant Achab. Certes, on peut reprocher certaines choses à Achab, on peut lui reprocher sa tendance à gérer seul les affaires du club, ou le fait d’être dépassé, comme le prétendent ses détracteurs mais jamais on ne peut mettre en doute son amour et son attachement pour le club qui l’a vu grandir. Acheb est un pur produit du ST, il a certes ses défauts mais il a aussi ses qualités. C’est lui qui a su stabiliser le club et éponger une grande partie de ses dettes. Qu’il reste ou qu’il s’en aille, le problème ne se situe pas là, car son prédécesseur connaîtra à coup sûr le même sort, lui qu’on aura porté sur les bras pour le convaincre d’assumer la tâche ingrate de président.


Pour les Stadistes, l’heure a sonné pour revoir certaines mauvaises habitudes et pourquoi pas, à partir d’aujourd’hui, date de la tenue de la 60e AG de l’histoire riche du club.


Pourquoi ne pas décréter l’union sacrée pour le meilleur et rien que le meilleur, car le ST mérite un meilleur sort que celui qui lui est réservé actuellement.


Au Bardo, on a l’habitude de pousser les gens vers la porte de sortie comme en témoigne la campagne actuelle qui vise le président Achab, en commençant par filtrer des «Infos» exclusives inhérentes à l’entraîneur aux querelles de palais aux différends constants entre le président et ses proches lieutenants. Toutes ces rumeurs ont fini par semer le doute auprès des supporters


Que cessent ces manœuvres basses pour que le ST retrouve stabilité et sérénité. Si Achab partait aujourd’hui pourquoi ne pas l’honorer pour tous les services rendus au club depuis les années 60.


Les vrais Stadistes rêvent de l’instauration d’un comité de sages qui serait chargé de choisir le président du club dans l’avenir, alors espérons que l’AG d’aujourd’hui sera celle d’un changement radical dans la vie du ST. Que l’AG d’aujourd’hui sera celle où l’on décrète l’union sacrée pour le... meilleur.


 

Mohamed Ali FERCHICHI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com