Appel aux participants à la Consultation nationale sur l’emploi !





Un déséquilibre grave est en train de sévir sur les questions de fond développées au sein de la Commission sur la Consultation nationale pour l’emploi. Un déséquilibre qui menace cruellement la pertinence des résultats à venir de la Consultation alors que celle-ci bat actuellement son plein.


Est-il besoin de rappeler que, par la nature des choses, nous avons deux grands thèmes à idées pour donner du sang neuf à l’emploi qui semble s’être établi à des niveaux irréductibles :


--Les idées pour l’amélioration des structures et des pratiques actuelles


--Les idées originales.


Fifty-fifty en potentiel, les deux thèmes ne sont pas considérés de la même manière par les acteurs.


Pour le premier thème (les idées pour l’amélioration des structures et des pratiques actuelles), les choses vont bien. On a carrément l’embarras du choix sur ce qu’il faudrait remettre sur les rails pour donner une efficience bien plus grande au système de l’emploi. De fait, les intervenants semblent être venus pour dire ce qu’ils avaient sur le cœur… et cela a fonctionné car on parvient à mettre le doigt sur toutes sortes d’insuffisances et de faiblesses qui, une fois redressées, nous feront probablement gagner en efficacité.


Pour le second thème (les idées originales), c’est autre chose. On dirait que personne ne s’est préparé au sujet alors qu’il était normalement attendu de tous ces intervenants qu’ils puisent chacun dans sa longue expérience, dans l’exercice de sa responsabilité, dans son contact avec la réalité du terrain, dans ses voyages à l’intérieur et à l’étranger, dans ses recherches… pour nous inviter à défricher un nouveau chemin, ouvrir un autre domaine.


Emportés par la force d’inertie causée par leur description passionnée des carences du système actuel de l’emploi, ils semblaient prisonniers du passé et du présent, comme s’ils ne pouvaient pas se projeter dans l’avenir.


M. Moncer Rouissi, président de la Commission pour la Consultation nationale du l’emploi, rappelle tout le monde à l’ordre à chaque fois… S’il vous plaît, nous sommes là pour proposer des idées nouvelles… et insiste encore et encore… il faut leur tirer les vers du nez… mais rien n’y fait, ils n’étaient pas préparés.


Maintenant, il faut renverser la vapeur et concentrer le travail des semaines qui viennent sur ce qu’il fallait dire plus tôt et explicitement à tous ces gens : vous êtes là pour faire éclore des idées, montrez-nous le fruit de cette vie d’expérience et de savoir !


 


Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com