Passation de terres publiques au privé: Le clan Bush ramasse une fortune





* On brûlait des forêts pour les acheter à bas prix


 


Le Washington Post a appris de source démocrate haut placée au Congrès que la famille Bush, notamment l'ancien Président George HW Bush, récolte des profits inattendus du transfert dans des mains du secteur privé de titres de terres publiques fédérales et étatiques. L'aîné des Bush, selon ces sources, a des intérêts financiers dans les titres fonciers des compagnies spécialisées dans la passation des terres publiques vers des intérêts privés.


Ces révélations donnent une première preuve du fait que l'aîné des Bush a bénéficié du transfert de terres publiques vers le secteur privé dans une magouille géante pour escroquer le gouvernement fédéral et les États, ainsi que les autochtones amérindiens.


La combine des entités privées pour s'accaparer des terres implique principalement le transfert de terres fédérales, dont celles des autochtones amérindiens et du système forestier national, à l'ouest des Rocheuses, de terres de l'État du Texas, et de terres de Californie fédérales et étatiques, du Mississippi et de Floride. Ces manigances sont aussi au cœur du scandale entourant le lobbyiste républicain.


En 2004, sous la pression de la Maison-Blanche, les sénateurs Harry Reid (démocrate du Nevada) et Jim Gibbons (républicain du Nevada) ont piloté l'adoption de la Western Shoshone Distribution Act, qui a été rapidement signée par le Président George W. Bush. Cette loi fédérale instaure la violation du Traité de Ruby Valley conclu en 1863 avec les Shoshones, les dédommageant avec à peine 135 millions de dollars pour leurs 24 millions d’hectares de terres saisies illégalement par le gouvernement fédéral dans le Nevada, en Californie, en Utah et en Idaho. Les Shoshones avaient crié à l'injustice, disant que leurs terres sont riches en réserves d'or. Gibbons, qui est actuellement gouverneur du Nevada, a instantanément mis en œuvre la loi pour privatiser les anciennes terres des Shoshones.


Jennifer Farley, une fonctionnaire de Bush à Maison-Blanche, a poussé pour faire passer le projet de loi, affirmant que Bush et le Vice-President Dick Cheney étaient personnellement intéressés par son adoption, ajoutant de surcroît que la loi était jugée «indispensable». Cheney a effectué une visite dans le Nevada pendant que le Sénat votait l'approbation de la loi.


Le journal a aussi appris que l'administration Bush avait ordonné de déclencher délibérément un certain nombre de feux de forêt en Californie et dans d'autres État de l'Ouest, dans l'intention d'endommager et de détruire les terres forestières fédérales et étatiques, les rendant ainsi mûres pour être exploitées et vendues à des intérêts privés. Le député républicain de Californie John Doolittle, qui fait lui aussi l'objet d'une enquête dans un scandale de la corruption, promouvait l'adoption de la Healthy Forests Restoration Act, qui a permis aux compagnies forestières d'éclaircir délibérément les forêts nationales afin de les rendre moins sujettes aux incendies aggravés par le réchauffement climatique, qui a été pourtant rejeté par l'administration Bush. La destruction délibérée de la forêt fédérale a été faite en connaissance de cause de hauts fonctionnaires du Ministère de l'Environnement.


En 2003, la police de Californie concluait qu'un certain nombre d'incendies dévastateurs, ayant détruit 287,2 km2 dans l'Etat, sont criminels. Certains au sein de l'administration Bush ont suggéré que les terroristes d'Al Qaïda pourraient être à l'origine des feux. Il apparaît à présent que c'est l'administration Bush qui est le véritable terroriste. Elle a mis à exécution les l'incendies criminels pour enrichir ses potes dans : l'immobilier, le jeu d'argent dans les casinos indiens, l'exploitation minière et industrielle.


 


D’après onlinejournal.com




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com