Femmes exemplaires … Safiyah Bint Huyay (1) : La mère des Croyants





Elle s’appelle Safiyah Bint Huyay Ibn Akhtab Ibn Sa`yah Ibn Tha`labah Ibn `Ubayd Ibn Ka`b Ibn Al-Khazraj Ibn Abi Habib Ibn An-Nadir Ibn An-Nahâm - on dit aussi Ibn Nâkhûm, ou encore Yankhûm, ou enfin Nakhûm.


Ils descendaient des enfants d’Israël de la lignée de Lévi fils de Jacob puis de Haroun (Aaron) le frère de Moïse. Sa mère s’appelle Burrah Bint Samuel. Elle fut l’épouse de Mishkam le juif puis de Khalaf.


Safiyah Bint Huyay -que Dieu soit satisfait d’elle- épousa le Prophète Muhammad -paix et bénédictions sur lui- en l’an 7 de l’Hégire.


Elle avait alors dix sept ans et lui soixante. Son mariage, comme pour Juwayriyah Bint Al-Hareth, eut lieu après une grande bataille de l’Islam, en l’occurrence celle de Khaybar.


Bilel faisait partie de cette expédition. A la fin du combat, il présenta deux femmes au Prophète -paix et bénédictions sur lui-. Sur leur chemin, lui et ses deux prisonnières avaient dû traverser le champ de bataille et passer près des guerriers tués pendant le combat.


L’une des femmes hurlait et se couvrait le visage de poussière alors que l’autre était muette d’effroi.


La deuxième femme n’était autre que Safiyah, la fille de Huyay Ibn Akhtab, le chef des Banou An-Nadir qui avaient été expulsés de Médine en l’an 4 de l’Hégire pour avoir comploté contre le Prophète (ils avaient projeté de le tuer en laissant tomber une pierre sur sa tête alors qu’il discutait avec leurs chefs). Par ailleurs, Safiyah était une descendante de Haroun, le frère du Prophète Moise -que la paix soit sur eux-. La femme bruyante qui l’accompagnait était sa cousine.


Le Prophète Muhammad -paix et bénédictions sur lui- demanda à ce que l’on s’occupe de la cousine et plaça la cape qu’il portait sur les épaules de Safiyah dont l’époux venait d’être tué pendant la bataille. C’était un simple geste de compassion, mais à partir de ce moment-là, elle fut honorée et tenue en haute estime par la communauté musulmane.


Le Prophète -paix et bénédictions sur lui- se tourna ensuite vers Bilel et lui dit : "Bilel, est-ce qu’Allah a enlevé toute pitié de ton cœur pour que tu fasses passer ces femmes à l’endroit même où leurs hommes ont été tués ?" A en juger les rares critiques que le Messager d’Allah -paix et bénédictions sur lui- émettait sur le comportement de ceux qui le servaient, il s’agissait là d’une sévère réprimande. Anas Ibn Malek racontait : "J’ai servi le Messager d’Allah -paix et bénédictions sur lui- pendant huit ans. Pas une seule fois il ne m’a fait de reproche sur ce que j’avais fait ou ce que je n’avais pas fait".


Tout comme Oum Habibah, Safiyah était la fille d’un grand chef. Seul le Prophète -paix et bénédictions sur lui- pouvait empêcher qu’elle passe d’un haut rang à celui d’esclave.


Bien que son père ait planifié l’assassinat de Muhammad -paix et bénédictions sur lui- après la bataille de Ouhod et qu’il ait comploté avec les Banou Qouraydhah l’extermination de tous les Musulmans pendant la bataille du Fossé, le Prophète Muhammad -paix et bénédictions sur lui- ne nourrissait aucun sentiment d’inimité. Pour ceux qui déviaient, il ressentait de la pitié plutôt que de la colère et pour les innocents, il éprouvait davantage de compassion.


Safiyah accepta immédiatement l’invitation à l’Islam du Prophète Mohamad - paix et bénédictions sur lui. Une fois affranchie, il l’épousa.


Certains peuvent se demander comment Safiyah put accepter l’Islam et épouser le Prophète -paix et bénédictions sur lui- alors que son père avait été un ennemi acharné et que le sang avait abondamment coulé entre Juifs et Musulmans.

On peut trouver des éléments de réponse dans ce que Safiyah relatait de sa jeunesse en tant que fille du chef des Banou An-Nadir.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com