A.G. élective du S.T. Les interventions : Retour de flamme





Jamais peut-être, de toute l’histoire du S.T., il n’y a eu une affluence aussi massive devant le micro. Côté supporters donc, un regain d’enthousiasme mérite d’être mis en exergue. En attendant, le retour de cette flamme inextinguible d’autrefois.


 


Ils étaient une bonne  cinquantaine à inscrire leurs noms pour se relayer, afin d’exprimer leurs doléances ou faire part de suggestions porteuses. Mais vu l’horaire inapproprié consacré aux travaux de cette A.G. élective, et grâce au tact du président de séance, le gouverneur de Tunis en l’occurrence, la parole n’a été accordée qu’à une vingtaine d’intervenants seulement, d’autant plus que les principaux centres d’intérêt liés à la vie du club, ont été repris et rabâchés à qui mieux mieux. En voici, du reste, un aperçu succint:


-La compexe sportif 7 novembre du Bardo: c’est le sujet qui a allumé toutes les passions. A ce propos, un appel pressant a été adressé aux autorités compétentes et un autre tout aussi vibrant à l’endroit du Président de la République pour qu’il donne ses précieuses directives quant au parachèvement des travaux. Il y va de l’identité et de l’âme du S.T.


-La restructuration administrative et financière: la plupart des supporters ont émis le vœu de voir le S.T. effectuer le saut qualitatif escompté au niveau du rigorisme gestionnaire.


-Le comité des sages: un appel à l’unanimité a été fait pour que cette structure, seule à même de tracer avec toute la circonspection requise les grands axes du club, soit réactivée.


-La politique de recrutement: de l’avis des supporters, elle doit être reconsidérée, avec un intérêt plus accru tourné vers les jeunes du cru, s’apparentant à un vivier inépuisable (7 à 8 jeunots méritant de jouer dans les clubs européens les plus huppés, selon l’intervention très remarquée de l’une des anciennes gloires du S.T., Noureddine Ben Arfa).


-L’union sacrée: c’est le maître-mot exprimé par tous les supporters. C’est la condition sine qua non pour que le club retrouve toute sa splendeur et tout son rayonnement. A ce niveau, le profil de président rassembleur a été vivement recommandé.


-Des ressources fixes: un jeune supporter appartenant au groupe de charme «Bardo Boys», a mis l’accent sur le brûlant volet inhérent aux ressources fixes en insistant sur le lancement d’un marchandising, l’afflunence massive sur les abonnements et les entrées de stade.


-Une direction collégiale: certains ont reproché à Mohamed Acheb son approche autocratique des  affaires du club et recommandé un pouvoir décisionnel émanant de la majorité absolue.


 


Wahid SMAOUI


________________________________


 


* Mohamed Dérouiche : «Mon credo, un inconditionnel dévouement»


«Je suis avant tout, profondément touché par la confiance placée en ma modeste personne particulièrement par M. Hédi Enneïfer. Ce qui constitue un aiguillon de taille pour moi, pour que je donne le meilleur de moi-même. Je promets aux fidèles fans stadistes de conférer au S.T. l’impulsion requise, en le dotant des structures modernes qui s’imposent. De surcroît, je m’engage à cristalliser l’union sacrée autour du club, avec bien entendu, le concours de toutes les bonnes volontés. Vive la Tunisie, vive le Stade Tunisien».


 


W.S.


______________________


 


* Quatorzième président


Le ST a un nouveau président, l’année de son soixantenaire. Il s’agit de M. Mohamed Dérouiche, enfant du club ayant fait ses preuves et un parcours des plus intéressants dans le cadre du club depuis de longues années. Il s’est distingué par ses multiples actions, sa contribution efficace et son soutien permanent à tous les anciens présidents avec qui il a eu à collaborer. Il succède ainsi à M. Mohamed Achab un des présidents légendaires du club, le seul ayant bénéficié de trois mandats séparés lors de son passage au club (1987-1990, 1993-1996, 2004-2008) mais le plus long règne reste l’apanage de M. Hédi Enneïfer (16 ans d’exercice continu de 1971 à 1987) suivi par celui de Slim Ajmi (12 ans sans interruption).


Les autres présidents qui ont veillé aux destinées du club sont dans l’ordre Mohamed Ben Salem, un des fondateurs et premier président du club (1948), Dr. Azaïz, Dr Mestiri, Ali Cherif, Mohamed Bachraoui, Youssef Ben Ammar, Khaled Sancho, Chedly Karoui, Moncef Cherif et Jalel Ben Aïssa (6 ans de présidence, le dernier titre (2003) au palmarès du club.


 

A.D.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com