Mohyiddîn Ibn Arabî (19) : Les valeurs, à la portée de tous !





Rappelez-vous. «La destination du chercheur dépend de la route qu’il suit», et c’est pour vous donner quelques armes pour faire face à cette route que nous avons fait une petite incursion dans la pensée de Ibn Arabî.


Nous avons rencontré le voyageur, la vieille brebis et les bâtons de Jacob ! Nous l’avons entendu signifier «Repens-toi des conséquences !» et insister que toutes les fois que tu te souviens d’une faute que tu as commise, repens-toi des conséquences qu’elle entraîne pour toi et demande pardon à Allâh.» Nous l’avons vu s’étendre sur une autre facette : «Le Seigneur interdit le désespoir…


Il efface, Il pardonne, Il est indulgent’’. Nous avons compris l’un de ses outils : Le «Dhikr»; qui est en vérité une méditation et une fusion ! Puis nous nous sommes émus des paroles divines par Lui énoncées : «S’il vient à Moi en marchant, Je viens à lui en M’empressant» !!


Et ce ne sont là que quelques uns d’une somme impressionnante dépassant les 300 conseils cités dans «Al-Futûhât al-Makkiyya», l’ouvrage monumental que Ibn ‘Arabî a composé à Damas et où le cheikh récapitule les piliers de la vie spirituelle.


Mais, attention, dans la tarîqa du cheikh, il ne vous est pas demandé d’amasser, plus que de raison, la pensée et la culture soufies pour vous rapprocher de son essence. Dans certains cas, c’est même aux antipodes de l’esprit soufi, si accessible à chaque individu qui s’y attache avec dévotion. Au XIXème siècle, par exemple, l'Émir Abdelkader Al-Jazâ’irî, qui était connu pour être un soufi de toujours, étonne par la qualité des écrits de son livre «Kitâb al-Mawâqif» (Livre des Attitudes) où il commente Ibn 'Arabi, non pas par un travail ‘’académique’’ et rigoureux qui tente de toutes les manières de comprendre le texte, mais par un commentaire d’une simplicité qui le place à la portée de tous et qui mène immédiatement le lecteur à l’essentiel.


En d’autres termes, ce sont ainsi les valeurs du monde soufi qui deviennent ainsi à la portée de tous.


Nous vous avons parlé du Trésor caché et d’un voyage entre un repli caché et un flux déployé ! «J’étais un trésor caché et j’ai aimé à être connu.


Alors j’ai créé les créatures afin d’être connu par elles», dit le cheikh pour lier tout cela ensemble avant de frapper à la porte des principes actifs du soufisme. C’est en nous enfonçant dans cette jungle que nous découvrirons ce qui étanche la soif de millions de disciples depuis le XVIIIème siècle et jusqu’à nos jours, même s’ils y trouvent plus d’interrogations que de réponses.


C’est la notion de wahdat al-wujûd (Unicité de l'Être) et elle est ouvertement l'affirmation que la création est en Dieu et que Dieu est dans Sa création.


Point à la ligne, là où cette notion a été systématisée pour la première fois par le disciple et beau-fils d'Ibn _Arab_ ; Sadr al-Dîn al-Qûnawî.


Théorie au centre de controverses incessantes, wahdat al-wujûd a été rapprochée de celle du Panthéisme de Spinoza et, en même temps, elle a été trouvée en totale opposition avec le Dogme Islamique qui considère que Dieu est trop noble pour être dans Sa création, et que celle-ci est trop vile pour être en Dieu.


L'un de ses premiers adversaires a été Ibn Taymiyya al-Harrâniy.



Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com