Des dizaines de morts en Irak: Un Aïd Al-Fitr de sang !





Au moins 26 personnes ont péri hier dans les violences en Irak, dont 20 dans deux attaques-suicide devant deux mosquées chiîtes à Bagdad, en pleine célébration de la fin du mois de jeûne musulman du Ramadan, ont indiqué  des sources de sécurité.


 


Le Quotidien — Agences


Un kamikaze a déclenché la veste d'explosifs qu'il portait sur lui au moment où il était fouillé par les services de sécurité devant la porte de la mosquée chiîte dans le quartier de Bagdad al-Jadida (sud-est), ont-elles précisé.


Au même moment, les fidèles quittaient la mosquée après la prière du matin, au premier jour de la célébration de la fête du Fitr par les chiîtes en Irak.


Douze personnes ont été tuées et 30 blessées, selon un dernier bilan fourni par ces sources.


Dans le quartier de Zafaraniyah, dans le sud de Bagdad, un kamikaze a précipité sa voiture piégée sur un barrage gardant l'entrée d'une mosquée chiîte. Huit personnes, quatre soldats et quatre fidèles, ont été tués, et vingt personnes blessées, ont ajouté les sources de sécurité.


Au nord-est de Bagdad, dans la province de Diyala, deux femmes, deux enfants et deux hommes ont été tués à l'aube dans une attaque contre leur minibus par des hommes armés non identifiés sur une route à l'est de la capitale provinciale de Baqouba.


Ces attaques interviennent au premier jour des célébrations par la communauté chiîte en Irak de l'Aïd al-Fitr, qui marque la fin du mois de jeûne du Ramadan.


Mercredi soir, quatre personnes ont été tuées et 15 blessées dans un attentat à la voiture piégée contre une mosquée chiîte à Balad, à 80 km au nord de la capitale irakienne.


Un véhicule piégé a explosé sur un parking de la mosquée Seyyed Mohammed, indique un communiqué du commandement américain. "De nombreux fidèles étaient présents sur place pour célébrer l'Aïd Al-Fitr, marquant la fin du mois de jeûne du Ramadan. Quatre personnes ont été tuées et quinze blessées".


La mosquée n'a pas été endommagée par l'explosion.


 


Série d’attaques


Dimanche à Bagdad, une série d’attaques à la voiture piégée avait fait au moins 33 morts dans des quartiers très fréquentés en pleine rupture du jeûne du Ramadan. Le plus meurtrier a fait 19 morts et plus de 70 blessés à Karrada dans le centre de la capitale.


Bagdad et sa périphérie avaient connu cette année le mois de Ramadan le moins violent depuis trois ans, selon l'armée américaine.


Les violences y sont cependant en légère augmentation depuis début septembre, conséquence de la "criminalité et de tentatives de la part d'Al-Qaïda de faire dérailler le processus" de normalisation du pays, toujours selon le commandement américain.


La capitale n'a pas cependant connu récemment d'attentat de grande envergure. La dernière attaque du genre, attribuée par les autorités à Al-Qaïda, avait visé en mars dernier le quartier de Karrada, faisant 68 morts.


_____________________________


 


* Bagdad : Les miliciens anti Al-Qaïda passent sous contrôle irakien


Le Quotidien — Agences


Plus de la moitié des 100.000 miliciens anti Al-Qaïda qui ont aidé les Etats-Unis à améliorer la sécurité en Irak sont passés sous le contrôle du gouvernement irakien, dans le calme malgré les inquiétudes sur l'avenir d'une partie d'entre eux.


Les quelque 54.000 membres des brigades de Sahwas ("réveil" en arabe) déployés dans la province de Bagdad sont passés dans la matinée sous pavillon irakien, comme annoncé début septembre par l'armée américaine.


Le reste, répartis dans les provinces du nord et du centre de l'Irak, sera transféré "progressivement", selon l'armée américaine.


Le conseiller à la sécurité nationale du gouvernement irakien, Mowaffak Al-Rubaï, a salué un "important succès pour la réconciliation nationale", en soulignant que Bagdad était "impatient d'assumer (cette) responsabilité".


Les Sahwas de Bagdad "recevront leur premier salaire du gouvernement irakien le 31 octobre", a précisé Rubaï. Ces rémunérations étaient jusque là assurées par l'armée américaine, à raison de 300 dollars par homme, soit environ 15 millions de dollars par mois.


Créés en septembre 2006 par des chefs de tribus sunnites de la province occidentale d'Al-Anbar, puis peu à peu généralisés aux autres zones sunnites, les groupes Sahwas ont depuis infligé de sévères revers à Al-Qaïda.


Ces miliciens ont largement contribué, depuis un an, à faire reculer l'organisation islamiste et à la diminution de la violence dans ces régions qui constituaient depuis 2003 les foyers de l'insurrection anti-américaine.


Le gouvernement s'est engagé à en enrôler 20% dans l'armée ou la police, et à garantir aux autres l'accès à des emplois civils, publics ou privés.


______________________________


 


* Minorités: L'ONU demande de compléter la loi électorale


Le Quotidien — Agences


Les Nations unies ont demandé hier au parlement irakien de compléter la loi encadrant les futures élections provinciales avec des dispositions assurant la représentation des minorités, réclamées notamment par les chrétiens du nord.


L'ONU "partage les inquiétudes exprimées par le Premier ministre Nouri al-Maliki et d'autres responsables irakiens et appelle tous les partis politiques à réintroduire dès que possible l'article 50 dans la loi électorale", écrit la Mission d'assistance de l'ONU à l'Irak (Unami) dans un communiqué.


Le représentant spécial de l'ONU pour l'Irak, Staffan de Mistura, cité par le communiqué, "regrette que l'article 50", qui soutient le principe de représentation des minorités dans les futurs conseils provinciaux, "ait été retiré de la loi électorale adoptée le 24 septembre".


Maliki avait regretté dès le 28 septembre que les dispositions de protection des minorités qu'il avait préconisées n'aient pas été incluses dans la loi votée par le parlement.


Staffan de Mistura, qui dit avoir été "surpris et déçu de voir que l'article 50 n'avait pas été inclus dans la loi électorale", souligne que celui-ci est soutenu par les minorités, les partis politiques et l'Unami".

Cet article "devrait donc être adopté dès que possible pour que les minorités puissent participer aux élections provinciales" qui doivent avoir lieu avant le 31 janvier dans 14 des 18 provinces du pays, selon lui.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com