JICA: Un nouvel outil financier au service des pays en voie de développement





A partir du 1er octobre 2008, l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) a été transformée en une nouvelle institution: la Nouvelle JICA. Elle sera fusionnée avec la Banque Japonaise de Coopération Internationale (JBIC), et sera chargée des 3 grandes formes d’aide au développement du Japon: la coopération Technique, la Coopération Financière et la partie majeure des dons.


 


Initialement, l’Aide Publique au Développement (APD) du Japon était attribuée à travers l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), chargée de la coopération technique, la Banque Japonaise de Coopération (JBIC), chargée de la coopération financière et les dons fournis par le ministère des Affaires étrangères du Japon.


L’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) est un organisme public d’aide au développement, fondée en 1974. Elle est chargée de l’exécution de la coopération technique qui comprend l’envoi d’experts, l’envoi de volontaires, la formation au Japon, les projets et les études de développement.


La JICA a ouvert son bureau en Tunisie en 1975, en commençant ses activités par l'envoi de jeunes volontaires et la formation au Japon. Ensuite, elle a élargi son champ d’intervention en réalisant des études de développement, des projets de coopération technique, l’envoi d’experts et de volontaires, la formation au Japon, le don d’équipement et la coopération Sud-Sud.


Comme exemples actuels de la coopération technique de la JICA, le projet de «la Gestion Durable des Ressources de la pêche Côtière en Tunisie»; «L’Etude du Plan Directeur pour l’Amélioration de la Qualité/Productivité»; «Le soutien aux Personnes Porteuses de handicap à travers le programme des volontaires».


Parallèlement aux activités de coopération technique de la JICA, le gouvernement japonais accorde son assistance à la Tunisie à travers la JBIC, qui est une institution financière sous tutelle de l’état, créée en 1999 suite à un fusion entre la Banque japonaise d’Import-Export (JEXIM) et le Fonds de Coopération Economique à l’Etranger (OECF). Elle a pour mission de soutenir les efforts d’auto-assistance des pays en développement, pour développer leurs infrastructures économiques et sociales et stabiliser leurs économies. C’est suite à un financement de la JBIC, qu’un pont entre Radès et la Goulette sera bientôt achevé. Aussi, la construction de l’autoroute entre El Jem et Sfax, le projet de développement du parc technologique et scientifique de Borj Cédria, le projet d’alimentation en eau potable des zones rurales, etc. Depuis 1977, 35 projets en Tunisie sont financés par la JBIC. Le montant total des 25 financements est de 219 milliards de yens, soit environ 2,4 milliards de dinars tunisiens.


Le 1er octobre 2008, la JICA sera fusionnée avec la Banque Japonaise de Coopération Internationale (JBIC). La nouvelle JICA sera chargée, ainsi, de la coopération technique, les prêts en yen et les dons. Ce qui permettra l’amélioration et l’efficacité des opérations de l’aide au développement, en combinant ces 3 formes d’assistance. Sa nouvelle stratégie est de travailler avec plus de rapidité, de flexibilité et d’efficacité.


La nouvelle JICA deviendra ainsi la 2e institution dans le monde pour l’aide au développement, après la Banque mondiale.


En ce qui concerne la Tunisie, et en réponse à sa politique nationale de développement, la JICA mène ses activités dans 4 domaines prioritaires: Le renforcement de la mise à niveau de l’Industrie tunisienne, La protection de l’environnement, Le développement social et la correction de la disparité régionale, et La coopération Sud/Sud pour pays africains et arabes.


En mai 2008, la Conférence de Tokyo pour le Développement de l’Afrique TICAD IV qui s’est tenue au Japon, a mis l’accent sur l’accélération de la croissance, la sécurité humaine, l’environnement et les changements climatiques. La priorité étant donnée au continent africain. La Tunisie est d’une part un pays bénéficiaire, mais aussi un acteur pour la réalisation de ces objectifs, notamment à travers la coopération Sud-Sud.

La nouvelle JICA continuera ses efforts à travers ses différentes activités pour soutenir la Tunisie dans ses programmes de développement socio-économique.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com