Le ministre iranien du Pétrole : Le prix du baril ne doit pas être inférieur à 100 USD





Le Quotidien-Agences


Le ministre iranien du Pétrole, Gholam Hossein Nozari, a estimé hier que le prix du baril de pétrole ne devrait pas être inférieur à 100 dollars, alors que les prix ont chuté cette semaine à 93 USD.


"Un prix inférieur à 100 dollars ne convient à personne, ni aux producteurs ni aux consommateurs", a déclaré Nozari aux journalistes en marge d'une conférence sur l'exportation du gaz à Téhéran, sans autres explications.


"Malheureusement, malgré la baisse des prix de pétrole, nous n'avons vu aucun signe d'une baisse des coûts" de la production, a-t-il ajouté.


Interrogé sur son pronostic sur les prix, il a répondu qu'en raison des fluctuations brutales "une hausse ou une baisse de cinq à 10 dollars ne peut être analysée".


Le ministre, dont le pays est le deuxième producteur et exportateur de pétrole de l'Opep, a imputé la responsabilité de ces fluctuations à la crise économique aux Etats-Unis et à ses répercussions en Europe.


Les prix du pétrole ont marqué une pause vendredi, soutenus par l'approbation du plan de sauvetage de 700 milliards de dollars des banques par le Congrès américain à l'issue d'une semaine marquée par de fortes baisses.


Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en novembre a fini à 93,88 dollars, en baisse de 9 cents par rapport à jeudi. Sur la semaine, il affiche un recul de 13 dollars.


Le prix du baril avait atteint un sommet historique à 147,50 dollars en juillet.


En septembre dernier, l'Opep avait décidé de réduire son "énorme" excès de production pour éviter "une baisse brutale des prix".


Nozari a également averti qu'il existait "actuellement sur le marché un surplus de pétrole" d'un total de 400.000 barils par jour.


Selon lui, si durant le premier trimestre 2009 le marché ne respecte pas la décision de l'Opep, "le surplus atteindra 1,2 million de barils par jour sur la base du chiffre de surplus actuel de 400.000 bj".


Il a ajouté que le cartel ne prévoyait pas de réunion autre que celle prévue le 17 décembre en Algérie.

L'Iran produit officiellement 4,2 mbj et son économie dépend énormément de ses exportations de brut qui fournissent autour de 80% de ses revenus en devises.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com