Conférence nationale sur l’emploi: Voici notre prochaine politique de l’emploi !





Le premier ministre en tête, tous les officiels qui ont pris la parole lors de la Conférence nationale sur l’emploi (qui vient d’être clôturée) l’ont dit haut et fort : conformément à la volonté du Président Ben Ali, les recommandations issues de la Consultation nationale sur l’emploi serviront à esquisser les lignes principales de notre prochaine politique de l’emploi. En voici la substance.


 


Tunis-Le Quotidien


C’est le moment de récolter les fruits de plusieurs mois de travail passés à écouter tous ceux qui avaient quelque chose à dire sur la dynamisation de l’emploi en Tunisie ; c'est-à-dire les officiels, universitaires, patrons, syndicalistes, opposition, hommes de terrain... qui ont inlassablement porté en débat toutes les facettes de ce sujet cher au cœur du Chef de l’Etat à tel point qu’il en a fait sa plus grande priorité.


Ghannouchi et le feu sacré !!


Mais avant d’en venir aux détails des recommandations, arrêtons-nous d’abord devant un fait d’une importance majeure, nous semble-t-il. Car cette Conférence a été singulièrement ‘‘animée’’ par M. Mohammed Ghannouchi, Premier ministre, expressément chargé par le Président Ben Ali de signifier à tous les participants et, par delà, à l’opinion publique que le moindre souffle de ces travaux comporte une importance de premier plan pour lui et que l’emploi, spécialement celui des diplômés du supérieur, restera sa priorité de toujours. Et c’est un Premier ministre lui-même animé du feu sacré qui contribua très activement à l’ouverture des travaux (lors du premier jour de la Conférence) et à leur clôture (lors du second jour).


Des improvisations exceptionnelles qui signifient tout l’engagement auquel se tient le gouvernement derrière le Chef de l’Etat à ce sujet capital et qui n’ont laissé aucune question sans réponse… parce que la réponse à la question essentielle (Que faire pour dynamiser l’emploi ?) était sans ambiguïté (Tout ce qui est humainement possible !)… de la création de nouvelles perspectives jusqu’à la préservation des emplois actuels. Il est optimiste, chaque raisonnement venant de lui le prouve… et c’est contagieux !


Quatre comités ; quatre axes !


Revenons maintenant aux détails ! M. Moncer Rouissi, président du Comité d’organisation de la Consultation, avait peine à cacher sa jubilation… Car il faut dire que tout est allé comme sur des roulettes alors que, ‘‘comme-un-seul-homme’’ (l’expression est de M. Hédi Djilani), les centaines d’acteurs de cette Consultation, avec leurs différents niveaux de compétence, ont travaillé d’arrache-pied, souvent même avec passion, pour tamiser encore et encore les milliers d’idées, de doléances, de critiques, de suggestions… qui pleuvaient comme des cordes des centres de débat.


Ces fruits ont été présentés hier par les quatre sous-comités qui ont travaillé sur quatre axes principaux jusqu’à une heure tardive pour décanter tout cela.


Le premier ‘‘Entreprise/développement/emploi’’, présenté méthodiquement par M. Noureddine Hajji, dénonce la faiblesse du volume de l’entreprise tunisienne et de son encadrement, la concurrence déloyale, le commerce parallèle et le manque d’équité fiscale et recommande de revoir intelligemment la totalité de notre système d’incitations pour le lier à une sorte de cas par cas encourageant l’investissement et l’emploi…


Le second ‘‘Agroalimentaire/formation/emploi’’, présenté posément par M. Maher Kallel, interpelle sur la nécessité de développer la culture de l’innovation, créer des ponts entre l’enseignement et l’entreprise, raviver la Recherche et valoriser la formation professionnelle tout en recommandant des stratégies à long terme, des études de fond, la spécialisation de l’Université… Le troisième ‘’Marché du travail/emploi’’, présenté pensivement par M. Monji Boughzala, recommande l’amélioration de la promotion de l’emploi, l’évaluation permanente des programmes, le perfectionnement du réseau des bureaux de l’emploi, le suivi de la demande (y compris celle de l’entreprise), la mise en valeur des systèmes d’information, la création de cadre législatif pour les compétences…


Le quatrième ‘‘La région, pôle de développement’’, présenté passionnément par M. Monji Bédoui, propose une vision quasi révolutionnaire de notre compréhension des régions et du chômage, incitant à la création d’une nouvelle carte qui tient compte de la disparité des données de l’emploi entre les régions et au sein même de chaque région afin de cibler l’intervention très proportionnelle et très ciblée de l’Etat…


Une ‘‘demi-Consultation’’ ?!


Tout est bien dans le meilleur des mondes ? Certes, car c’est tellement précieux que de sentir notre pays mobilisé ‘‘comme-un-seul-homme’’… Pourtant, il reste un point qui n’a pas été abordé par les participants comme il conviendrait. Car, alors que le système actuel et la manière de le perfectionner, d’y ajouter et d’en retrancher des facteurs, de le retourner dans tous les sens pour voir ce que l’on peut en tirer a eu la part du lion, nous n’avons pas vu de grandes idées créatives pour défricher de toutes nouvelles voies alors que l’emploi est aussi tributaire de grands courants à créer et qui seraient comme des lames de fond nous plaçant là où les autres ne nous attendent pas.


 


Manoubi AKROUT

manoubi.akrout@planet.tn


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com