Le Gouverneur de la BCT: «Il n’y a pas de craintes pour le système financier tunisien»





C’est grâce à la politique monétaire prudente et aux différentes mesures préservatrices que le système financier tunisien reste à l’abri d’un impact direct de la récente crise financière internationale.


 


Tunis–Le Quotidien


Quelques heures avant son départ à Washington pour assister aux assemblées du Fonds Monétaires International (FMI), M. Taoufik Baccar, Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) a tenu, hier à l’ATCE, une conférence de presse pour donner quelques éclairages sur la crise financière internationale et son impact sur la Tunisie.


M. Baccar est revenu sur les principales causes de cette crise qui frappe depuis quelque temps les Etats-Unis et récemment les marchés financiers européens, notant que le système financier tunisien reste tout de même à l’abri de cette crise d’autant que ses relations avec le marché financier mondial sont prudentes et bien étudiées.


Le Gouverneur de la BCT a expliqué que la Tunisie a réduit, ces dernières années, ses réserves en devises placées dans les banques internationales passant de 75% à 39% actuellement, voire même 30% seulement à la fin du mois d’octobre en cours, alors que le reste est placé sous forme de bons du trésor.


Il a ajouté dans ce contexte que les premiers signes de cette crise ont été détectés en juillet – août 2007. Et depuis, la Tunisie a choisi de suivre une politique prudente en matière de sortie sur le marché financier international et a même décidé de ne pas sortir en 2008 et aussi en 2009. «C’est d’ailleurs grâce à cette politique prudente qu’il n’y a pas de craintes d’un impact direct de cette crise sur notre système financier», a-t-il mentionné.


En ce qui concerne la liquidité, le gouverneur de la BCT a noté que la Tunisie dispose aujourd’hui d’une surliquidité estimé à près de 615 millions de dinars, et que la BCT est entrain même d’absorber certaines sommes de cette liquidité pour préserver l’équilibre du marché financier tunisien.


Concernant l’activité boursière, M. Taoufik Baccar a observé que les investissements étrangers à la BVMT ne dépassent pas 25% de l’ensemble des investissements boursiers, et sont détenus par des actionnaires de référence, chose qui met la bourse de Tunis à l’abri des risques de contagion. Commentant la baisse de l’indice de la BVMT au cours des séances du lundi et mercredi derniers, le gouverneur de la BCT a indiqué que cette régression est due seulement à l’état psychologique des investisseurs.    


M. Baccar a conclu que cette crise financière n’aura pas de conséquences graves sur le système financier tunisien. Cependant elle pourrait avoir un impact indirect sur la croissance économique du pays durant les prochaines années, au cas où l’économie mondiale entrait dans une phase de récession.


C’est pour cela que nous devons chercher à diversifier nos partenaires économique étrangers, a dit le gouverneur de la BCT, et accéder à de nouveaux marchés étrangers, tout en prenant de nouvelles mesures pour préserver et même développer la compétitivité de l’économie tunisienne.


 

Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com