Les jeunes et les critères de sélection du partenaire: Les garçons cherchent la beauté, les filles la stabilité





Plusieurs jeunes gens sont en quête d’un partenaire. D’un bon partenaire. A cet âge, chacun a ses propres critères de sélection. En effet, les jeunes ébauchent une image approximative de la personne avec qui ils aimeraient avoir des projets en commun. Une image qui semble mettre en avant l’aspect matériel et physique. Un partenaire riche et beau aurait dès lors la cote…


 


Tunis-Le Quotidien


Par ces temps où règne la matière, il n’est pas du tout étonnant que les jeunes soient éblouis par tout ce qui a trait à la beauté et au paraître. Ils ont également un faible pour les personnes qui jouissent d’une situation matérielle aisée… Le reste n’importe pas vraiment.


 


Hamza, étudiant et footballeur professionnel de 19 ans, regarde d’abord le physique. Il pense que la beauté chez une fille est absolument exigée même si elle s’avère facultative chez l’homme. «La fille idéale ne peut exister que dans les rêves. Mais il est vrai que je tiens à ce que ma future épouse soit vraiment jolie. Pour être plus précis, j’ai un petit faible pour les blondes. Tout ce qui est rare attire. Toutefois, même si je tiens absolument aussi à la beauté et à la finesse, je veux également que son visage inspire la bonté et reflète une grande innocence. Il est nécessaire aussi qu’une fille soit de confiance, qu’elle soit issue d’une bonne famille, correcte et pure. Une femme idéale, à mon sens, est celle sur qui je peux compter, qui m’épaulera quelles que soient les conditions».


 


Sadok, 17 ans, révèle aussi que la beauté est le premier critère selon lequel il sélectionne une éventuelle partenaire. «Soyons honnêtes, la première chose qu’on regarde c’est l’aspect physique. Tout contact est d’abord physique. Il est basé d’abord sur le regard. Si une fille me plaît physiquement, je peux avancer. Mais si, dès le départ, elle ne me séduit pas, je suis incapable de faire un seul pas de plus. Je crois que c’est très légitime ! Toutefois, la beauté physique seule ne suffit pas. Il faut qu’une fille ait d’autres qualités. Juste après être séduit par un joli physique, il va falloir que je sois séduit par sa moralité et par son caractère. Il faut aussi qu’elle soit issue d’une bonne famille, qu’elle ait un bon cœur et qu’elle ne soit pas inintelligente. L’argent ? Il m’importe peu ! C’est moi l’homme de toute façon, et c’est à moi de la prendre en charge, non pas le contraire».


 


Wahida, 18 ans, ne cherche qu’une seule et unique chose chez son éventuel partenaire : une situation financière aisée. «Qu’il soit beau ou moins beau, instruit ou limité, cela n’a aucune importance ! Tout ce que je veux, c’est que mon futur mari ait une belle maison, une jolie voiture et qu’il puisse subvenir à tous mes besoins. Je sais que mes dires peuvent heurter les âmes sensibles, mais je préfère être franche. Tous ceux qui ont cru vivre d’amour et d’eau fraîche vivent une grande illusion et ils se réveilleront un jour pour voir qu’ils se sont totalement trompés. Nous sommes dans une époque où la matière règne. Et si une fille, comme moi, ayant des moyens financiers très limités, épouse un homme pauvre, elle va continuer à vivre dans la misère pour le restant de ses jours ! La chose qui ne me fait pas du tout rêver ! Il faut que j’épouse un homme assez aisé, sinon je préfère m’abstenir», avoue-t-elle.


 


Maha, 16 ans, n’accorde aucun intérêt particulier à l’aspect physique. Tout ce qu’elle cherche, c’est un partenaire qui peut la faire vivre heureuse. «La beauté, à mon avis, est un luxe dont je peux me passer. Je pense même qu’un homme très beau peut représenter une menace dans la mesure où il sera tout le temps sollicité par d’autres… Chose qui ne me permettra pas de dormir bien tranquille ! Toutefois, j’aimerais qu’il ait un physique acceptable! Parce que si je trouve un homme vraiment laid et antipathique, cela va poser un réel problème. Une fois que je l’aurais accepté physiquement, il va falloir que je lui trouve d’autres qualités qui, elles, sont absolument cruciales à mes yeux ! Tout d’abord, il doit être issu d’une bonne famille. Et je veux dire par bonne famille, celle qui a su inculquer à ses enfants des valeurs sûres et des principes bien ancrés. En second lieu, il est très important que l’homme avec qui je partagerais ma vie soit ambitieux, persévérant, responsable, fier, honnête et capable de me protéger. Il doit être du genre à cravacher dur pour que sa femme et ses enfants soient à l’abri du besoin. J’ai horreur des hommes qui imposent aux épouses d’assumer des responsabilités qu’ils sont censés assumer ! Il doit aussi avoir un niveau intellectuel et social proche ou supérieur au mien. Un homme vivra très mal son infériorité par rapport à son épouse et la relation aura donc de très faibles chances de réussir. J’aime aussi qu’un homme soit attentionné et qu’il soi beau parleur. Peu d’hommes savent parler aux femmes et je pense qu’un homme doit avoir un minimum de bagages qui le rende capable de charmer et de fasciner sans qu’il ne soit pour autant baratineur. Il faut aussi qu’il soit délicat. Pour récapituler, je dirais que l’homme idéal à mes yeux est celui qui a un ensemble de qualités qu’on ne peut attribuer qu’aux hommes, aux vrais».


 


Eya, 16 ans, n’accorde pas non plus un intérêt particulier au physique et au matériel. Toutefois, la jeune fille pense qu’il doit y avoir un SMIG. «Certes, je ne rêve pas d’un Adonis avec une immense fortune, mais je ne peux pas non plus imaginer ma vie à côté d’un homme vraiment pauvre ou ayant un physique répugnant. S’il n’est pas spécialement beau, il faut qu’il ait du charme pour qu’il soit très acceptable à mes yeux. Le physique a de l’importance dans la mesure où, à première vue, c’est sur une base physique que l’on accepte ou non la personne. Une fois que j’aurais trouvé chez lui quelque chose d’attirant, il faut que je trouve d’autres qualités qui sont à mon avis essentielles chez un homme. D’abord, il doit être issu d’une bonne famille et il doit gagner sa vie à la sueur de son front. Cela implique qu’il m’assure, ainsi qu’à nos enfants, une vie digne. Il doit être ambitieux, sacré bosseur, fonceur, courageux, débrouillard, très sincère, fidèle et fier. Et il doit par-dessus tout avoir un très bon cœur. Parce que seules les bonnes personnes n’oseront pas faire du mal. Je tiens aussi qu’il ait un niveau intellectuel et social assez élevé pour que l’on soit sur la même longueur d’onde».


 

Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com