Rubrique santé … Implication des professionnels de la santé dans la lutte antitabac: La lutte antitabac est multidisciplinaire





* Dr. Elyès Hassine


(Pneumologue-Tabacologue-Allergologue)


 


Les professionnels de la santé sont les premiers acteurs de la lutte antitabac. Ils sont au devant de la scène et représentent un maillon indispensable à l’action antitabagique à tous les niveaux. Rien qu’individuellement, ils doivent tout d’abord donner l’exemple et mettre ensuite à profit toute leur compétence pour servir cette mission.


Du fait de leur statut médico-social, les agents de la santé ont un contact étroit avec les demandeurs d'aide, ils les côtoient à différents niveaux, dans le quartier, dans les lieux publics, dans les institutions sanitaires essentiellement celles de première ligne (dispensaires, structures régionales, groupements médicaux,..).


Avec le développement de la médecine de proximité, les professionnels de la santé sont toujours présents, en médecine scolaire, en médecine de travail, en médecine de masse, sur les lieux de loisirs et de rassemblement et dans les entreprises. Leur contribution est inestimable à ce niveau, ils vont prodiguer des conseils, inciter à l'arrêt, orienter vers des centres spécialisés, conserver la motivation et surtout assurer le suivi.


Leur rôle préventif est capital, là où les racines du phénomène commencent à pousser, là où le niveau d'éducation sanitaire est le moins développé, là où les jeunes commencent à expérimenter le tabac, enfin, là où ils peuvent informer directement.


Dans le passé, l'aide au sevrage tabagique était seulement l’apanage des médecins spécialistes, de plus en plus, cette prise en charge est assurée en collaboration avec plusieurs catégories de médecins et avec le personnel paramédical.


 


* Les différents acteurs


Désormais, tout le personnel soignant doit être mobilisé pour aider les fumeurs, les plus proches sont souvent les plus efficaces.


 


* Les non médecins


Infirmier(e)s: le tabagisme peut être un diagnostic infirmier autant qu'un diagnostic médical, la première approche thérapeutique est le plus souvent faite par ce personnel, généralement première personne rencontrée dans les unités de soin. Les infirmiers doivent avoir reçu une formation aux techniques d'éducation pour la santé et en tabacologie et suivi un programme d’aide à l’arrêt. Ils servent de lien entre les différents membres de l'équipe soignante. Ils sont à l'écoute directe des patients et peuvent un jour organiser la lutte par le biais de consultations téléphoniques, numéro vert par exemple. Enfin, ils doivent être le personnel le plus apte à animer les réunions de groupe lors des séances de thérapie. 


Kinésithérapeutes: doivent avoir une expérience en réhabilitation cardiaque et respiratoire et formés en techniques de relaxation, ils doivent donner des conseils en vue de la reprise de l'activité physique essentielle lors du sevrage. Leur apport est primordial qu'il soit en consultation individuelle ou collective en particulier dans les réunions de groupe.


Pharmaciens d’officine: Ils doivent avoir l’habilité à conduire un traitement nicotinique substitutif ou tout autre médicament du sevrage. Les pharmaciens peuvent identifier les fumeurs, les informer sur les dangers du tabac et les méthodes du sevrage et susciter ainsi l’arrêt. Leur rôle peut englober d’autres conseils se rapportant aux mesures hygiéno-diététiques et orienter vers les consultations spécialisées.


Les diététiciennes: doivent assurer des consultations spécialisées et avoir une connaissance en matière d'aide au sevrage tabagique, car leur rôle est très important surtout chez les femmes qui craignent l'obésité à l'arrêt du tabac. Leurs conseils doivent être adaptés aux nécessités du sevrage avec une diète et régime alimentaire équilibrés.


Les consultations, personnalisées, doivent se faire toute la semaine. Les diététiciennes doivent participer aux séances et réunions de groupe.


Dentistes et parodentistes: à travers la nature de leur spécialité, ils peuvent dépister les grands fumeurs et les fumeurs et les motiver en fonction de l’état de leur dentition à se sevrer du tabac. Leurs conseils sont bien reçus et peuvent être convaincants.


Sages-femmes: de part leur proximité des femmes enceintes et fumeuses, elles ont le rôle de diffuser les informations nécessaires sur les risques fœto-maternaux du tabagisme actif et passif. Elles positionnent les fumeuses et les mettent devant leur responsabilité et doivent les orienter vers les consultations de sevrage.


 


* Les médecins


Médecins généralistes rôle de premier plan, les médecins généralistes sont le pivot de la lutte antitabagique, c'est par eux que commence l'action, leur rôle est primordial, leur implication doit être totale, ils sont le premier rempart devant ce fléau. Le médecin généraliste peut à lui seul gérer et bloquer un processus tabagique en intervenant par ce qu'on appelle couramment le "conseil minimal": vous devrez arrêter de fumer ? L'arrêt du tabac est bénéfique et retentira sur la qualité de votre santé. Avec ce conseil, on arrive à obtenir 15% d'arrêt, ce qui est énorme. Le médecin doit poursuivre la prise en charge et assurer une surveillance lors du sevrage et du traitement substitutif.


Médecins du travail: le tabagisme est responsable d’un absentéisme affectant directement la productivité. Le médecin du travail doit savoir apprécier la situation tabagique de l’entreprise et doit être au courant des problèmes posés par cette intoxication et dépister les fumeurs pour les motiver et les orienter vers des consultations de tabacologie. Ils sont censés lutter contre le tabagisme passif et éduquer les travailleurs afin qu’ils distinguent bien l’interrelation entre le tabac et les polluants professionnels et obtenir leurs droits.


Psychologues: ils contribuent à l’arrêt, les psychologues cliniciens représentent le moteur des séances de thérapie et qui vont prendre en charge individuellement les sujets nécessitant un soutien psychologique, ils peuvent éventuellement proposer une psychothérapie.


Spécialistes: pneumologues, cancérologues, ORL, cardiologues, obstétriciens ou pédiatres, les médecins de différentes spécialités doivent agir chaque fois qu'ils sont confrontés à un fumeur sans tares ou fumeur malade venu consulter pour n'importe quel problème de santé.


Tabacologues: leur nombre est encore réduit, leur contribution est décisive dans la lutte antitabac et le sevrage. Ils interviennent à toutes les étapes de la prise en charge des fumeurs mais surtout des fumeurs invétérés, ceux n'ayant pas pu arrêter ou ceux en situation d’échecs répétés.

De l’importance des liens qui doivent exister entre ces différents intervenants, découlent la qualité de la prise en charge et l’efficacité de la lutte antitabac, c’est un travail d’équipe, de longue haleine et de personnes motivées. Un réseau qui puisse fédérer ces efforts est plus qu’un souhait, c’est une nécessité.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com