S.T.: ça commence mal pour la nouvelle équipe dirigeante





A peine a-t-elle pris le pouvoir que la nouvelle équipe dirigeante stadiste s’est trouvée confrontée ces derniers jours à une première secousse qui risque de faire des dégâts puisqu’elle provient d’un sérieux différend entre quelques hauts dirigeants.


 


Pourtant, tout laissait croire que l’entente règne au sein d’une équipe déterminée à restructurer le club et à lui redonner  la dimension qu’il mérite. M. Mohamed Dérouiche, le nouveau président stadiste a agi en rassembleur puisque les dirigeants qui avaient collaboré avec M. Mohamed Acheb, le président sortant, ont été appelés à poursuivre leur mission au S.T. et MM. Nourallah Madani, Anouar Haddad et Mohamed Khémiri ont été chargés d’importantes responsabilités au sein du nouveau bureau directeur.


Une ingérence dérangeante


Alors que tout semblait aller au mieux, voilà qu’un grave différend entre MM. Anouar Haddad et Mohamed Khémiri vient d’éclater. Ce qui surprend, c’est que ces deux dirigeants ne se sont pas affrontés directement. Tout a commencé au début de la semaine qui a précédé le derby contre l’E.S.T. M. Khémiri, en qualité de premier responsable de l’équipe seniors, a établi un programme de travail avec Ferid Ben Belgacem, le coach stadiste.


Or, d’après ce que nous ont rapporté les joueurs et leurs accompagnateurs, ce programme n’a pas été respecté et le lieu et les horaires des entraînements ont changé trois fois en quatre jours alors que l’importance du match exigeait plus de stabilité et de concentration. A ce propos, M. Mohamed Khémiri, d’habitude très discret, n’a pas hésité cette fois-ci à en parler aux médias: «Le président du club était à l’étranger et en ma qualité de premier responsable des seniors, j’ai établi un programme de travail avec l’entraîneur et il n’y avait nullement de raisons pour le modifier. Or, le premier vice-président, M. Haddad, est intervenu pour changer le lieu des entraînements, de Radès à El Menzah et même au Bardo sur une pelouse impraticable, ainsi que l’horaire prévu, et ce, sans prendre la peine de me consulter ou m’aviser. Ce n’était pas sa première intervention avec les seniors, puisque le dernier stage était prévu à Hammam Bourguiba et il a eu finalement lieu à Aïn Draham. Même les joueurs et leur coach ont été gênés par ces changements imprévus et la préparation du derby s’en est ressentie. Ça s’est davantage gâté le jour du match puisqu’on m’a refusé d’être sur la touche avec les remplaçants et les autres accompagnateurs alors que, j’avais l’habitude d’y être depuis une longue période.


Tout ceci m’a fait comprendre qu’on fait tout pour me mettre le bâton dans les roues et m’éloigner. J’en ai parlé au président du club, mais il n’ y a pas eu de réaction et cette attitude a conforté ma conviction  qu’on veut se débarrasser de moi».


Voici les faits d’après la version de M. Khémiri qui ne s’est pas senti à l’aise malgré ses excellentes relations avec les joueurs  et le staff technique. D’ailleurs, tout le monde sait que la présence de ce dirigeant qui a côtoyé MM. Hédi Enneïfer, Mohamed Achab, Chedli Karoui et Jalel Ben Aïssa, n’était pas du goût de certaines personnes influentes en relation avec la nouvelle équipe dirigeante, dont M. Ahmed Mghirbi qui, dit-on, n’a pas apprécié le fait de faire appel à M. Khémiri pour occuper un poste aussi important.


Pour en savoir plus, nous avons contacté M. Anouar Haddad, le premier vice-président, qui s’est montré étonné par l’ampleur prise par cette affaire: «A ma connaissance, je n’ai pas de problèmes avec M. Khémiri qui, juste après le derby, a figuré sur la liste des membres du nouveau comité directeur. Durant l’absence du président du club, j’ai agi en ma qualité de premier vice-président en total accord avec M. Dérouiche». S’agit-il, là, d’une réponse diplomatique pour atténuer la tension?


Est-ce  qu’il est vrai que les deux hommes s’entendaient bien avant ce différend? A ce propos, M. Khémiri affirme qu’il a été approché pour occuper le poste de premier vice-président et qu’il a dû accepter de faire des concessions et laisser cette charge à M. Haddad qui la convoitait: «Personnellement, je suis là pour servir le S.T. et non pour m’afficher. Ce n’est pas l’importance du poste que j’occupe qui m'intéresse en premier, mais je ne peux pas continuer à travailler dans de telles conditions avec des membres qui risquent encore de me voir réussir dans ma tâche, ce qui ne les arrange guère. Je l’ai bien compris, et c’est la raison pour laquelle je me retire. Je m’excuse auprès des joueurs, du staff technique et de Taoufik Mhedhebi qui comptaient beaucoup sur moi pour réaliser du bon travail et faire une belle saison, mais ils doivent comprendre ma décision. Ces trois derniers jours, ils m’ont tous appelé pour me soutenir, me remonter le moral et me convaincre de poursuivre le travail, mais quand il s’agit de principe et de dignité, il y a des limites qu’on ne peut dépasser».


 


Kamel ZAIEM


___________________________________


 


* Mohamed Dérouiche (Pdt du S.T.): «Ce ne sont que des futilités !»


Dans toute cette affaire, quelle est la position de M. Mohamed Dérouiche,  le président stadiste? En abordant le sujet, il a tenu à ne pas en faire une affaire: «Je suis là pour travailler et me consacrer à des dossiers et des chantiers plus importants que de telles futilités. Ceux qui veulent suivre ce principe sont les bienvenus». Telle est la réaction du président du club.


Elle dénote, certes, une envie de ne pas polémiquer, mais également une froideur qui a beaucoup déplu à M. Khémiri: «La réaction du président aurait du être plus tranchante. Or, il a fait de sorte qu’il s’agissait d’une infime affaire et ça ne peut que me décourager. D’ailleurs, j’ai reçu l’invitation à assister à la réunion du B.D. de vendredi dernier à travers un SMS. C’est dire qu’on ne daigne même pas m’adresser la parole...!»


Nous avons rapporté ici les différentes réactions à cette affaire qui ne sert en rien l’intérêt du S.T. Nous osons espérer une nouvelle intervention de M. Dérouiche qui jouit de la confiance des Stadistes pour relancer le club, afin d’imposer une réconciliation qui permettra au Stade Tunisien de pouvoir compter sur toutes les compétences et de ne pas se priver des membres qui ont déjà fait  leurs preuves.


 


K.Z.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com