BASKET CAN Juniors (Dames) : La couronne pour les Maliennes, les lauriers pour les Tunisiennes





S’il est vrai que l’équipe malienne, championne en titre, a été finalement couronnée, il n’en demeure pas moins que nos jeunes représentatrices n’ont point démérité à l’issue d’une finale dominée de bout en bout par les Maliennes supérieures dans tous les domaines.


 


Sur l’ensemble du tournoi, on peut même dire que les nôtres ont réussi une belle performance non seulement en montant sur la deuxième marche du podium, mais également en décrochant une place à la phase finale du Mondial de leur catégorie devant se dérouler en 2009 en Thaïlande.


Juste récompense en tout cas pour cette jeune formation dont la marge de progression est encore assez grande, donc capable de nous valoir d’autres satisfactions encore. Son mérite est d’autant plus grand que les pronostics ne lui étaient guère favorables au départ, au vu des insuffisances décelées au cours de la préparation qui a précédé cette joute.


Mais grâce à leur bravoure, à leur hargne, à leur bonne volonté et leur grinta, les Dhoha Abdelghani, Khouloud Meftah, Zoubeïda Arrami, Imène Jrad, Lilia Inoubli, Monia Ben Mechlia et autres Abir Aïdi ont pu se hisser au rang des meilleures et disputer leurs chances jusqu’au bout.


Elles ont certes échoué à l’ultime stade de la compétition, perdant devant plus fortes qu’elles, mais elles sont à féliciter pour les efforts consentis depuis plusieurs mois et leur sens du sacrifice. Retenez bien, d'ailleurs, ces noms. Car il s’agit bel et bien d’une cuvée de joueuses talentueuses qu’il faudrait préserver.


En tout cas, cette dixième édition de la Coupe d’Afrique nous a révélé un ensemble solidaire qui a fait preuve d’une abnégation à toute épreuve. Les débuts ont été certes chaotiques, comme ce fut le cas pour le match d’ouverture face aux Béninoises, ou encore devant les Ougandaises, mais nos filles gagnaient en assurance au fil des rencontres pour s’imposer plus ou moins aisément.


Samedi, pourtant, lors de la demi-finale, on a bien tremblé pour elles, lorsque les Nigérianes sont revenues à un point seulement à moins d’une minute de la fin et ont failli refaire le coup réussi la veille face aux Ivoiriennes. On a tremblé pour elles pour la simple raison qu’on les a senties un peu vulnérables à ce moment-là, alors qu’elles méritaient d’aller en finale, une consécration en soi, du reste, pour ce jeune groupe. Heureusement pour elles leurs adversaires nigérianes ont manqué de punch et de lucidité à quelques secondes de la fin.


Aussi, en arrivant en finale et ayant devant elles une formation qui leur était manifestement supérieure sur tous les plans, ont-elles abdiqué logiquement, essentiellement sur le plan mental. Elles ont toutefois gagné en expérience et en maturité apparemment. ce qui nous pousse à croire, malgré tout, en la naissance d’une équipe capable d’aller encore plus loin, très loin.


 

Mansour AMARA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com