Festival international du film de Tunis: Sous le signe du dialogue des cultures





En attendant les JCC 2008 qui démarreront le 25 octobre, les cinéphiles ont rendez-vous avec le Festival international du film de Tunis qui aura lieu du 16 au 19 octobre au Théâtre Municipal de Tunis. Treize films tunisiens et étrangers sont au menu de cette deuxième sessios.


 


L’amour pour le cinéma n’est plus un vain mot en Tunisie. En témoigne d’ailleurs la prolifération des nouvelles manifestations cinématographiques. Le dernier-né des événements cinématographiques, le Festival International du Film de Tunis qui s’apprête à vivre sa deuxième session, aura cette année une vocation généraliste. Son programme comporte des films tunisiens et étrangers. Initiateur de cette manifestation, Nicolas Brochet, qui en assure aussi la direction, a voulu qu’elle soit placée sous le signe du dialogue des cultures. C’est pourquoi le menu de cette session comprend des films de différents réalisateurs originaires de France, d’Allemagne, d’Espagne, du Canada, d’Australie, de Chine et bien entendu du pays hôte, la Tunisie. Cette édition sera axée sur différents volets. Les cinéphiles auront droit, dans un premier temps, à des séances de projection de films réparties sur différentes séances. D’abord, il y aura deux séances de films programmés à l’ouverture et la clôture de cette manifestation, puis d’autres consacrées aux films en compétition et aux longs-métrages hors compétition ainsi qu’aux films pour un public jeune et moins jeune.


Il est programmé aussi un prix pour les meilleurs costumes. Toutes les compétitions précitées seront placées sous la houlette d’un jury composé de personnalités du monde de la culture qui remettront quatre prix récompensant le meilleur film, la meilleure actrice, le meilleur acteur et les meilleurs costumes. S’agissant des films d’ouverture et de clôture, ils sont réalisés par deux cinéastes français et canadiens. «Obscénité et Vertu», de Madonna, est le titre du long-métrage qui sera projeté lors de l’ouverture de cette session, tandis que «Love Gourou» de Marco Schabel clôturera ce festival.


S’agissant du volet consacré aux films en compétition, les organisateurs y ont programmé sept longs-métrages inédits produits dans les 24 mois qui précèdent le festival. Parmi ces films, on note «Hallam Foe» du réalisateur français David Mackenzie, réalisé en 2007, «Om Shanti» de  Farah Khan. Quant aux films hors compétition, ce volet comprend également des longs métrages comme «Masala» de l’Espagnol Salvador Calvo, «Les Beys de Tunis» du réalisateur Mahmoud Ben Mahmoud ou «Japanese Story» de l’Australien John Jeffocat. Toutes les projections seront programmées au Théâtre municipal de Tunis.


Au total, sept films en compétition et six longs métrages hors compétition meubleront les soirées de cette manifestation cinématographique qui donnera un avant-goût des JCC. Coordonné par son fondateur, Nicolas Brochet, qui est aussi le président de l’agence «Crown Events» avec la collaboration de Alaeddine Nafti, producteur et de Caroline Mitchell, directrice artistique, ce festival a connu un franc succès lors de sa première édition. Raison pour laquelle ses initiateurs entendent en faire une tradition.



Ousmane WAGUE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com