«Marseillaise» sifflée lors de la rencontre Tunisie – France: Paris réagit…





Le Quotidien - Agences


Tout match avant lequel la Marseillaise serait sifflée sera "immédiatement arrêté", a affirmé, hier, la ministre des sports , Roselyne Bachelot, après une réunion avec le président Nicolas Sarkozy et Jean-Pierre Escalettes, président de la Fédération française de football, suite aux incidents au Stade de France.


"Les membres du gouvernement quitteront immédiatement l'enceinte sportive où notre hymne national a été sifflé", a expliqué Roselyne Bachelot. "Quand un match aura donné lieu à de tels sifflets sur notre hymne national, tous les matches amicaux avec le pays concerné seront suspendus pendant un délai qui restera à fixer", a-t-elle ajouté. La ministre a également demandé au président de la FFF "d'intensifier les actions d'information et d'éducation sportives".


De son côté, la ministre de l'intérieur, Michèle Alliot-Marie, a demandé au préfet de Seine-Saint-Denis, où se situe le Stade de France, de "signaler officiellement les outrages à l'hymne national, constitutifs d'un délit", au procureur de la République de Bobigny. L'enquête, qui s'appuyera sur les images télévisées, pourra donner lieu à des interdictions administratives de stade. Trois individus ont déjà été appréhendés à l'issue du match "pour des infractions diverses".`


Ben Arfa conspué


La chanteuse française d'origine tunisienne Lââm avait été choisie pour interpréter l'hymne national, afin d'éviter la répétition du scénario des rencontres amicales France-Algérie (octobre 2001) et France-Maroc (novembre 2007). Les sifflets ont commencé avant qu'elle commence à chanter et ont duré tout le long de sa prestation. L'artiste s'était préparée à une telle éventualité. Elle a avoué avoir "eu un peu les boules", mais s'est dit "fière d'être là". Juste avant, les noms des joueurs français avaient également été pris pour cible. Le plus conspué fut, lors de son entrée en jeu, Hatem Ben Arfa, né de parents tunisiens et qui a opté pour la sélection française malgré les sollicitations de la Fédération tunisienne.


Marie-Georges Buffet, secrétaire nationale du Parti communiste, a elle estimé que les sifflets étaient l'expression de gens en "souffrance" qui "ne se sentent pas bien chez nous".


"J'étais ému, j'ai applaudi les deux chanteuses exceptionnelles, et le fait qu'on ait un joueur de chaque pays côte à côte à la sortie du tunnel, c'était un grand moment de fraternité, pour le reste, je suis un peu sourd", a seulement commenté le sélectionneur national, Raymond Domenech.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com