1er Salon de la création d’entreprises: Place à l’initiative personnelle





Manifestement, tout le monde a été mobilisé pour réussir cette première édition du Salon de la création d’entreprises, auquel ont participé les différents mécanismes et structures d’appui, ainsi que les institutions financières et les organisations professionnelles…


 


Tunis – Le Quotidien


Le Salon de la création d’entreprises, organisé par le ministère de l’Industrie, de l’Energie et des PME et l’Agence de Promotion Industrielle, sous l’égide du Président de la République, a ouvert hier ses portes au Parc des expositions du Kram, qui s’est transformé en une véritable  « fourmilière » avec une présence massive des étudiants de l’enseignement supérieur et aussi des jeunes porteurs d’idées de projets.


L’ouverture de ce premier salon a été assurée par MM. Afif Chelbi, ministre de l’Industrie, de l’Energie et des PME, et Lazhar Bououni, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Technologie, ainsi que M. Hédi Djilani, président de la Centrale patronale…, qui ont présidé à cette occasion un séminaire portant, entre autres, sur l’emploi et l’initiative privée en Tunisie.


Les participants à ce séminaire ont rappelé les différentes mesures adoptées par le Président de la République afin d’encourager l’initiative personnelle et aider les jeunes à monter leurs projets et à s’installer à leurs propres comptes, notant que la conjoncture économique actuelle oblige toutes les parties de la société tunisienne à contribuer au progrès économique du pays, notamment par la création de nouvelles entreprises et de nouveaux postes d’emploi.


Ils ont insisté, également, sur l’importance de ce premier salon qui représente un couronnement des multiples initiatives lancées depuis quelques années dans ce contexte, ajoutant que le salon offre une nouvelle occasion aux jeunes porteurs d’idées de projets et aux étudiants pour découvrir les outils et les mécanismes mis à leur disposition afin de les assister et les aider à lancer leurs projets.


Cette séance d’ouverture a été marquée, par ailleurs, par la présentation d’une étude stratégique sur les perspectives de l’industrie tunisienne à l’horizon 2016, réalisée par le ministère de tutelle en collaboration avec l’UTICA. Cette étude laisse apparaître des perspectives prometteuses pour le tissu industriel tunisien, avec une évolution considérable des exportations du secteur passant de 15 mille dinars en 2007 à 30 mille dinars en 2016, ainsi que le développement des investissements passant de 1 milliard de dinars en 2007 à 6 milliards de dinars en 2016.


Une participation massive de toutes les parties


La première journée de ce salon a connu une affluence très remarquable des visiteurs, en particulier des jeunes étudiants et diplômés de l’enseignement supérieur à la recherche d’amples informations sur les outils mis à leur disposition.


Certains visiteurs, apparemment des jeunes mamans, ont même emmené avec eux leurs bébés, histoire de leur faire apprendre la culture de l’initiative personnelle dès leur jeune âge.


Les organisateurs du salon ont essayé de faire participer les différentes structures d’appui, notamment les pépinières d’entreprises, les pôles technologiques, les banques et les outils de financement des projets, ainsi que les structures d’assistance et d’encadrement…


Le secteur a été présent, également, à travers des stands pour certaines entreprises privées, ainsi que pour la Centrale patronale et aussi le Centre des Jeunes Dirigeants, dont les membres présents ont manifesté une dynamique remarquable en essayant d’aider les jeunes visiteurs et de répondre à toutes leurs questions.


Cependant, les jeunes promoteurs ayant déjà eu une expérience en matière de l’initiative privée n’ont pas été nombreux à participer à ce salon. C’est, d’ailleurs, un des points faibles de cette édition, selon certains jeunes visiteurs, d’autant que ces promoteurs auraient pu orienter les autres jeunes et leur présenter leurs expériences et surtout les problèmes qu’ils pourraient rencontrer au moment du lancement du projet et les erreurs qu’ils ne doivent pas commettre.


En gros, la première édition du salon de la création d’entreprises a témoigné, encore une fois, de la volonté du gouvernement tunisien à encourager davantage l’initiative privée, et aussi la motivation des jeunes, qu’ils soient étudiants ou diplômés, pour se lancer dans une nouvelle aventure dans le monde des affaires.


 

Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com