La revue hebdomadaire des marchés au 17/10/2008: «Les mauvais fondamentaux macroéconomiques reprennent le dessus…»





Tahar El Almi*


 


BVMT : marché boursier encore sur-vendu ;


Toutes les Bourses d’Europe, d’Asie-Pacifique et d’Afrique / Moyen Orient, replongent …. Pour se reprendre en fin de semaine.


Plan européen de sauvetage du secteur bancaire dont le montant total serait de 1.700 milliards d'euros. Les gouvernements ont détaillé et chiffré lundi les mesures qu'ils vont mettre en place, pour recapitaliser les banques en difficultés et garantir les prêts interbancaires, pour relancer le marché interbancaire alors que les banques rechignent à se prêter des liquidités.


Cependant, les signes de ralentissement marqué de l'économie mondiale se multiplient. L'Allemagne, première économie européenne et fortement exportatrice, a abaissé jeudi sa prévision de croissance pour 2009.


Les grands instituts de conjoncture, dont le rapport d'automne sur "une économie au bord de la récession" a été présenté mardi. Il tablait lui aussi sur une croissance de 0,2% l'an prochain au mieux, et élaborait un autre scénario "de crise", qui résulterait, lui, en une contraction du PIB de 0,8%.


Le premier exportateur mondial "est touché quand les évolutions dans le monde son négatives", a expliqué le ministre de l'Economie Michael Glos, Ministre allemand de l’économie. Depuis plusieurs mois, carnets de commandes des entreprises et production industrielle en baisse annonçaient la couleur.


Alors que la crise financière fait rage et ses conséquences sur l'économie réelle sont encore impossibles à évaluer, M. Glos s'est refusé à envisager "des scénarios catastrophes" où les Etats-Unis et d'autres glisseraient dans la récession et où en Allemagne-même la crise bancaire se propagerait à d'autres secteurs de l'économie. "Cela n'aurait pas de sens", selon lui. Il estime que "Les effets (de la crise) sur les autres secteurs de l'économie sont limités", et "une contraction du crédit" aux entreprises "n'est pas visible".


La chancelière Angela Merkel aurait insisté pour que le gouvernement endosse le chiffre de 0,2%, alors que M. Glos lui-même et le ministère des Finances plaidaient pour une prévision plus pessimiste. Fidèle à sa ligne de conduite, restaurer la confiance à tout prix, Mme Merkel s'est efforcée de rassurer mercredi, dans un discours aux députés. "Je suis convaincue qu'il n'y aura pas de dégradation durable de la conjoncture", a-t-elle dit, ajoutant: "l'Allemagne est forte".


Berlin, comme l’ensemble des pays industriels occidentaux table sur un rebond de la consommation des ménages l'an prochain à la faveur d'un recul des prix, mais le climat d'incertitude qui règne à l'heure actuelle n'est pas à même d’inciter les ménages à la dépense. Et il ne faut pas compter sur l’investissement des entreprises échaudées par les incertitudes financières pour relancer l’activité.


En France, François Fillon a estimé que « la croissance n'atteindra peut-être pas les 1% prévus par le projet de loi de finances 2009 ». C'est « une panne de croissance avec des conséquences sur l'emploi, des conséquences sur l'activité économique, sur le pouvoir d'achat », a-t-il expliqué.


Corrélativement, les cours du pétrole ont poursuivi leur repli cette semaine après la publication des stocks hebdomadaires américains en produits pétroliers. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en novembre est tombé sous la barre des 70 dollars, pour la première fois depuis août 2007.


Sur les marchés des changes, l'euro perdait à nouveau du terrain face au dollar, tout comme le yen, jeudi, dans les échanges asiatiques, sur des craintes concernant l'économie européenne.


Pour les observateurs, «l'attitude vis-à-vis de l'euro s'est rapidement détériorée avec l'impression croissante que les décideurs européens ont du mal à contenir la crise financière». Résultats, les mouvements des capitaux flottants jouent la sécurité pour se placer hors des places américaines devenues trop risquées, avec la perspective de voir l'euro passer sous la barre de 1,30 dollar, l’euro flirter avec les 130 yens dans les prochains jours.


L'annonce, mercredi, par la Banque centrale européenne (BCE) d'un accord avec la Banque nationale suisse (BNS) pour lancer chaque semaine des échanges de liquidités, dits "swap" afin d'allouer des francs suisses aux banques de la zone euro et les sombres perspectives en zone euro contribuent à faire penser que les difficultés financières en Europe s'aggravent.


A Tunis : L'évolution de la conjoncture économique mondiale et les incidences de la crise qui touchent actuellement certains marchés financiers internationaux, ont retenu l'intérêt du président Zine El Abidine Ben Ali, lors de l'audience qu'il a accordé, jeudi, à M. Mohamed Ghannouchi, Premier ministre.


Le Président Zine El Abidine Ben Ali a, dans ce contexte, ordonné la création d'un comité, sous la présidence du Premier ministre, qui aura pour mission d'assurer le suivi de la conjoncture économique et financière mondiale et de proposer les mesures adéquates, en cas de nécessité, afin de conforter la dynamique de développement que connaît la Tunisie et de se prémunir contre les effets négatifs de la conjoncture mondiale sur l'économie nationale.


A cet effet, une cellule de veille placée sous la responsabilité de la Banque Centrale de Tunisie a été créée sur instructions du Chef de l'Etat, suite à la crise financière qui a touché l'économie mondiale, en vue de suivre de près l'évolution de la situation sur les marchés financiers internationaux, et partant prendre à temps les décisions qui s'imposent pour la préservation des acquis de l'économie tunisienne a indiqué M. Taoufik Baccar, gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), à l'occasion d'une communication faite à ce sujet.


Une commission d'évaluation a été, également, instituée et plusieurs mesures ont été adoptées, tant au niveau de la gestion des réserves en devises du pays, qu'au niveau de la réglementation des crédits de logements. Cette crise conforte les choix faits par la Tunisie qui ont permis de consolider le système bancaire, en optant pour une démarche progressive sur la voie de la convertibilité du dinar et pour la banque universelle, ce qui témoigne de la pertinence de l'approche adoptée par le Président Ben Ali.


Dans cette intervention où il a analysé les origines de la crise financière internationale, ses conséquences sur le plan international et l'appréciation de la gravité de la crise par la Tunisie dès son début, le gouverneur de la BCT a souligné les mesures prises face à cette crise et les enseignements tirés au plan national et sur les projections économiques, situant le taux de croissance à 6%. La Tunisie est-elle pour autant à l'abri de la crise financière actuelle ?


Pour ce qui est de l'appréciation de la gravité de la crise dès son début, T. Baccar a avancé que l'ampleur de la crise a été mesurée dès son déclenchement. En juillet-août 2007, La Tunisie était en pleine sortie sur le marché financier au Japon, quand les premiers signes augurant d'une grave crise financière faisaient leur apparition. Face à une marge de crédit escomptée de 45 à 50 points de base, la BCT a dû céder 25 points de base pour pouvoir réussir la mobilisation des ressources. Certains pays ou institutions financières, a-t-il fait remarquer, n'ont pas pu à l'époque réaliser leurs sorties sur ces marchés. Par la suite, et sur instructions du Président de la République, une commission d'évaluation et de suivi a été créée et une série de mesures a été adoptée tant au niveau de la gestion des réserves en devises du pays, qu'au niveau de la réglementation des crédits de logement, a rappelé le gouverneur de la BCT.


Concernant l'évaluation de l'impact possible de cette crise sur l'économie tunisienne, T. Baccar a estimé qu'il faut distinguer entre l'impact direct et l'impact indirect ou à terme.


Cette crise a immédiatement pour impact d'augmenter la marge appliquée aux crédits mobilisés sur le marché financier international, particulièrement par les pays émergents.


Concernant la Bourse de Tunis, la part des étrangers dans la capitalisation boursière, de l'ordre de 25 pc, est détenue par des actionnaires de référence et non par des investisseurs financiers, ce qui lui confère, selon lui, une certaine stabilité et la met, à priori, à l'abri des risques de contagion.


Pour ce qui est de l'impact indirect, il est évident, a avancé le Gouverneur de la BCT, que si l'économie mondiale entre dans une phase de récession, son impact sera direct sur l'économie tunisienne, La Tunisie étant un pays ouvert sur l'extérieur, et à terme aucun pays ne peut être à l'abri de cette crise que beaucoup de spécialistes comparent à celle de 1929.


Le schéma retenu pour 2009, a relevé le gouverneur de la BCT, table sur une augmentation de la croissance de 6 pc contre 5,1 pc estimé pour 2008, grâce en particulier à la demande extérieure, et c'est dire la nécessité de continuer le renforcement de notre capacité concurrentielle.


Enfin, le président Zine El Abidine Ben Ali a reçu, jeudi, M. Mohamed Rachid Kechich, ministre des Finances. Dans le cadre du suivi de la mise en œuvre des réformes engagées dans le domaine des douanes, le Chef de l’Etat a recommandé d’accélérer le rythme de préparation des textes d’application, avant l’entrée en vigueur, à partir du 1er janvier 2009, du code des douanes.


Le Président de la République a, également, souligné la nécessité de continuer de prendre toutes les dispositions pratiques et réglementaires nécessaires, afin d’assouplir davantage les opérations du commerce extérieur, en coordination avec toutes les parties intervenantes, et de réduire les délais d’enlèvement des marchandises, de manière à contribuer au renforcement de la compétitivité des entreprises nationales.


D’autre part, le Président de la République a pris connaissance des réalisations concrètes sur la voie de la création d’une direction des grandes entreprises au sein de la direction générale des impôts, en vue de mieux encadrer ces entreprises et de leur permettre d’accomplir leur devoir fiscal dans les meilleures conditions, de manière à améliorer l’environnement des affaires, en général.


Recevant le rapport annuel du contrôle général des finances, le Président Zine El Abidine Ben Ali a souligné l’importance de la complémentarité entre les fonctions de gestion et de contrôle dans la consolidation des attributs de la gestion saine et la contribution à la protection des finances publiques.


Le Président Ben Ali a mis l’accent, dans ce contexte, sur l’impératif d’accorder toute l’importance requise aux opérations d’évaluation et de suivi, afin d’améliorer l’efficacité et le rendement de la gestion des finances publiques, et de préserver le classement honorable attribué à la Tunisie par les instances internationales de notation, en termes de gestion des ressources publiques.


L’intérêt du Chef de l’Etat s’est également porté sur le rendement du Marché financier, à la lumière des fluctuations que connaît la scène mondiale.


Le Président Ben Ali a recommandé, à cet égard, d’assurer un suivi minutieux de l’évolution des indicateurs de la bourse et de faire preuve d’une vigilance soutenue, afin de prendre les mesures préventives qui s’imposent, en temps opportun, de manière à permettre au marché financier de poursuivre la mobilisation de l’épargne et du financement nécessaires.


A la BVMT :


On retiendra de la semaine, deux séances de hausse contre trois de baisse.


Globalement, les comportements éclectiques et irrationnels des opérateurs continuent de tasser les cours boursiers au plus bas.


 Le marché reste crispé et très fortement baissier, pour se maintenir dans sa zone intermédiaire du couloir à 200 jours et au plus bas à 50 jours. Les délestages de portefeuille, semblent sous-tendus par la recherche excessive d’une sécurité maximale. Les rallyes baissiers, que la crise financière internationale amplifie psychologiquement, semblent se réduire, pour céder la place à des prises de position sur les panneaux jugés les plus performants, qui offrent le meilleur rapport rendement/risque spécifique.


INDICES SECTORIELS:


Depuis fin juillet 2008, le marché boursier affiche une configuration relativement volatile à tendance haussière avec une propension à la baisse depuis début octobre, dans un couloir en deçà des 3400 points. Néanmoins, au cours des 20 dernières séances de bourse, la volatilité s’est transformée en rallye baissier avec franchissement de la ligne de résistance à la hausse au-delà des 3300 points, et à plusieurs reprises.


Le Tunindex reste sous-tendu per des forces de vente fortes, très sensibles à la liquidité des agents.


 La configuration de semaine au 17/10/2008, suggère une phase de repli généralisé (les deux moyennes à 10 et à 25 jours sont en repli depuis le 10 octobre) dans la zone basse du couloir à 50 jours de bourse, avec des petits rebonds et de petites reprises baissières qui semblent tirer les cours en delà de la ligne à 3100 points, pour se positionner dans la zone intermédiaire de son couloir à 3100-3300 points.


___________________________


 


N.B. Les informations et analyses diffusées par «LE QUOTIDIEN – PERSPECO» ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité du «QUOTIDIEN – PERSPECO» ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Les DIAGNOSTICS DIFFERENTIELS DES TITRES sont téléchargeables sur le site:www.perspeco.com


http://www.perspeco.com/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=20&Itemid=36


_____________________________


 


Au niveau des cours, la semaine a révélé un certain nombre de panneaux à surveiller, au 22/09/2008 21:48/ (diagnostic: Aïda Cherif).


* Amen banque : conserver/accumuler/


* ADWYA: Achat sur repli/conserver/accumuler/


* Al: conserver/accumuler/


* KIMIA : conserver/accumuler/


* Artes : conserver/accumuler/achat sur repli/


* Assad : conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli


* Ast : conserver/accumuler/


* ATB : conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


Le diagnostic différentiel suggère :


* une nette amélioration, des fondamentaux de la société ATB, depuis 2005 qui semble soutenir le comportement des investisseurs,


* le repli récent des cours de ATB est sous-tendu par des forces de vente de type « prises de bénéfices », que les corrections de hausse semblent pouvoir réduire ;


* cette tendance est d’autant plus remarquable que le titre jouit d’une bonne visibilité et des perspectives à moyen terme, prometteuses.


* ATL : Achat sur repli/


* BH : Achat sur repli/


* BIAT : conserver/accumuler/achat sur repli


* BNA : conserver/accumuler


Le diagnostic différentiel suggère :


* une amélioration toute relative, des fondamentaux de la société BNA, depuis 2005 qui ne semble pas soutenir le comportement des investisseurs, qui auraient tendance depuis le mois d’aout, à délaisser le titre BNA au profit d’autres panneaux jugés plus porteurs ;


* la tendance baissière des cours de BNA est sous-tendue par des forces de vente de type «prises de bénéfices», que les corrections de hausse ne semblent pas pouvoir réduire ;


* le titre reste dans une zone de surachat et ce positionnement est d’autant plus remarquable que le titre jouit d’une visibilité et des perspectives à moyen terme, moyennes.


* BT : conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


* BTE : conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/Achat sur repli


* CIL : conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


* GIF : Achat sur repli/


* ICF: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/Achat sur repli


* KAIR: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


* LSTR: Achat sur repli/


* MAG: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


* MGR: Achat sur repli/


* MNP: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


Le diagnostic différentiel suggère :


* une amélioration remarquable, continue, des fondamentaux de la société MONOPRIX, et qui semble soutenir considérablement sur le comportement des investisseurs,


* le repli des cours de MONOPRIX est sous-tendu par des forces de vente de type «prises de bénéfices», que les corrections de hausse semblent réduire ;


* cette tendance est d’autant plus vigoureuse que le titre jouit d’une très bonne visibilité et des perspectives à moyen terme, remarquables.


* PLTU: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli /


* SFBT: Achat sur repli/


* SIAME: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/Achat sur repli


* SIMPA: Achat/


* SIPHA: Achat sur repli/


* SITS: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/Achat sur repli


* SOKNA: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli


Le diagnostic différentiel suggère :


* une amélioration remarquable, continue, des fondamentaux de la société ESSOUKNA, et qui semble soutenir considérablement le comportement des opérateurs,


* le repli des cours de ESSOUKNA est sous-tendu par des forces de vente de type «prises de bénéfices», que les corrections de hausse semblent réduire ;


* cette tendance est d’autant plus vigoureuse que le titre jouit d’une très bonne visibilité et des perspectives à moyen terme, remarquables.


* SOMOCER: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


Le diagnostic différentiel suggère :


* des fondamentaux médiocres qui semblent se détériorer, et qui semblent soutenir amplement le comportement des investisseurs orientés vers le délestage et l’allégement de leurs portefeuilles,


* le repli des cours de SOMOCER est sous-tendu par des forces de vente de type «prises de bénéfices», que les corrections de hausse ne semblent pas pouvoir réduire ;


* cette tendance est d’autant plus vigoureuse que le titre jouit d’une très mauvaise visibilité et des perspectives à moyen terme, médiocres.


* SOTET: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli /


Le diagnostic différentiel suggère :


* des fondamentaux très médiocres qui ne semblent pas s’améliorer à court terme,


* ces faits stylisés semblent soutenir amplement le comportement des investisseurs orientés vers le délestage et l’allégement de leurs portefeuilles,


* le repli des cours de SOTETEL est sous-tendu par des forces de vente de type «alléger / rester à l’écart», que les corrections de hausse ne semblent pas pouvoir réduire ;


* cette tendance est d’autant plus vigoureuse que le titre jouit d’une très mauvaise visibilité et des perspectives à moyen terme, médiocres.


 


* SOTUV: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


Le diagnostic différentiel suggère :


* une amélioration récente des fondamentaux de la société SOTUVER qui semble soutenir le comportement des opérateurs,


* le repli des cours de la SOTUVER (sur 50 jours de bourse) est sous tendu par des forces de vente de type «alléger et/ou rester à l’écart», que les corrections de hausse ne semblent pas pouvoir réduire ;


* cette tendance est d’autant plus significative que le titre jouit d’une visibilité moyenne mais de perspectives à moyen terme, remarquables, compte tenu de la conjoncture énergétique qui fait du verre d’emballage un substitut remarquable et moins cher que le plastique.


* SPDIT: Achat sur repli/


* STAR: Achat sur repli/


* STB: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


Le diagnostic différentiel suggère :


* une amélioration, des fondamentaux de la société STB, depuis 2006 qui semble soutenir quelque peu le comportement des investisseurs,


* le repli des cours de STB est sous-tendu par des forces de vente de type «prises de bénéfices», que les corrections de hausse ne semblent pas pouvoir réduire ;


* cette tendance est d’autant plus remarquable que le titre jouit d’une visibilité et des perspectives à moyen terme, moyennes.


* STEQ: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli


* STIP: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli /


* STPIL: Achat/


Le diagnostic différentiel suggère :


* une détérioration continue des fondamentaux de la société SOTRAPIL semble peser considérablement sur le comportement de vente des investisseurs,


* la baisse des cours de la SOTRAPIL est sous-tendu par des forces de vente que les corrections de hausse ne semblent pas réduire ;


* cette tendance est d’autant plus vigoureuse que le titre jouit d’une très mauvaise visibilité. Le titre est survendu.


* TAIR: Achat/


Le diagnostic différentiel indique :


* une amélioration remarquable et continue des fondamentaux de la société TUNISAIR, qui semble soutenir amplement l’intérêt des opérateurs,


* le rebond des cours de TUNISAIR est sous tendu par des forces d’achat de type «achat sur repli/accumulation», que les corrections de baisse ne semblent pas pouvoir réduire ;


* cette tendance est d’autant plus vigoureuse que le titre jouit d’une excellente visibilité et de perspectives remarquables à moyen terme.


 


* TINV: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


* TJL: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli /


* TLAIT: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


* TLS: Achat sur repli/


* TPR: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


* UBCI: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli/


* UIB: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli /


* WIFAK: conserver/accumuler/achat sur repli/accumuler/achat sur repli /


___________________________________


 


* Traitement des données et diagnostic Aïda Chérif, analyste au «Laboratoire Euro-Méd. d’Analyses Economiques» www.perspeco.com


* analyse : «LE QUOTIDIEN» : http: //www.lequotidien-tn.com/


On retiendra de la semaine:


Au niveau international :


* les fondamentaux macroéconomiques prennent le dessus;


* Le système financier international ne semble pas convaincu d’une profonde restructuration bancaire qui se fait attendre;


* L’activité économique dans les pays industriels avancés se déprime… avec une montée du chômage


* Les pays émergents et les pays en développement notamment africains commencent à ressentir les effets de la récession et attendent le creux de la dépression…


Au niveau national :


* le marché boursier en zone de sur vente, se replie encore,

* les autorités monétaires et financières veillent au grain.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com