Climat d’affaires en Tunisie : Les businessmen américains satisfaits





Les investisseurs américains installés en Tunisie ne cachent pas leur satisfaction quant à la rentabilité de leurs business, même s’ils trouvent que certains points restent à améliorer au niveau du climat d’affaires en Tunisie.


 


Tunis – Le Quotidien


La Chambre Tuniso-Américaine de Commerce (TACC) a présenté, hier à Tunis, les résultats de son enquête de satisfaction des entreprises américaines implantées en Tunisie.


Il s’agit d’une enquête réalisée au cours des mois de juillet et août derniers auprès des soixantaines d’entreprises américaines opérant en Tunisie, afin de mesurer leur degré de satisfaction de leurs investissements au niveau du marché tunisien, selon M. Mondher Ben Ayed, Président de la TACC.


Et M. Ben Ayed ajoute que cette première enquête de satisfaction réalisée par la TACC a connu la participation de 36% des entreprises américaines implantées en Tunisie.


Pour ce qui est des résultats, l’enquête a révélé un degré de satisfaction important des entreprises américaines quant à leurs investissements en Tunisie, puisque 89% des entreprises participantes pensent que leurs décisions d’investir sur ce site demeurent bonnes et rentables.


Par ailleurs, 72% des participants pensent que la Tunisie regorge encore d’un potentiel humain important favorisant le développement des investissements étrangers. C’est dans ce même cadre que 79% des entreprises participantes ont déclaré être prêtes à investir davantage en Tunisie si elles auront l’occasion, alors que 78% n’hésiteront pas à recommander à d’autres entreprises américaines à venir s’installer sur le marché tunisien.


«L’enquête a montré que la Tunisie a réussi à passer l’examen et à avoir de très bonnes notes, grâce à sa stratégie économique et aux multiples efforts déployés pour améliorer son climat d’affaires», remarque M. Mondher Ben Ayed.


L’enquête a recensé, cependant, certains points faibles, selon les investisseurs américains en Tunisie, auxquels il est impératif de trouver une solution pour améliorer davantage le climat d’affaires et drainer de plus en plus d’investissements étrangers.


Les investisseurs américains se sont montrés, en effet, peu satisfaits au niveau de certains points, en particulier la problématique du financement notamment la régulation bancaire restrictive…, les services douaniers, l’efficacité et le coût du système judiciaire, l’infrastructure portuaire et l’infrastructure de télécommunications.


Participant à la conférence de présentation des résultats de cette enquête, S.E Robert F. Godec, Ambassadeur des Etats-Unis à Tunis, a insisté sur l’importance de cette enquête et de telles initiatives pour le développement des relations économiques tuniso-américaines.


L’Ambassadeur des Etats-Unis à Tunis, a souligné à cette occasion que la Tunisie dispose de plusieurs atouts économiques et de plusieurs avantages favorisant l’installation des entreprises américaines. Et d’ajouter que ces différents atouts devraient être renforcés, notamment à travers une liaison aérienne directe en les deux pays, pour encourager davantage d’investisseurs américains à venir s’implanter en Tunisie.


Il a expliqué, dans ce même contexte, qu’il reste beaucoup d’opportunités d’investissement en Tunisie, même s’il y a des améliorations à apporter pour certains domaines.


S’agissant d’une question du Quotidien concernant l’impact de la crise financière actuelle sur les investissements américains en Tunisie, M. Mondher Ben Ayed a noté que cette crise financière est globale et touchera tous les pays, et que les activités des entreprises américaines en Tunisie seront certainement influencées par cette conjoncture. Il a mentionné qu’on ne peut pas mesurer l’impact réel de cette crise sur les entreprises américaines actuellement.


Pour sa part, M. Robert F. Godec a affirmé que les Etats-Unis procéderont avec leurs partenaires, ainsi que l’ensemble de la communauté internationale, pour réduire les conséquences de cette crise sur la croissance économique à l’échelle mondiale.


Il a avancé, en outre, qu’il faut garder toujours l’espoir et rester optimistes tout en multipliant ensemble les efforts, pour pouvoir dépasser cette crise à un moindre coût.


 

Mohamed ZGHAL


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com