U.S.M. – A.S.M. (1-1): Nachi, pile et face !





A l’aube d’un marathon auquel ils seront soumis durant  les dix prochains jours, il fallait bien que les Monastiriens démarrent par une victoire en vue de préserver le moral qui sera à l’épreuve du déplacement à Sousse, dimanche prochain, et de la coupe arabe, devant Al Ittihad Libye, à Tripoli, trois jours plus tard.


Un second objectif, non moins important, était à réaliser à savoir, remporter la première victoire à domicile après la défaite essuyée face au CA. Pour des raisons diverses, Lotfi Rehim dut composer avec les moyens de bord, en l’absence de Ntobo, Bokong, Basli, Seïfi, Mario, Boukorraâ, Amami et Hosni, Kaouam, Laâouini, Letayef et Frej Sassi sont alignés en équipe rentrante , même si, pour certains, ce fut la première apparition parmi les seniors. Dès le coup d’envoi et sur un corner de Tarek Salem, Jéridi dut s’employer à fond pour avorter un but de Hannachi, sur la ligne fatidique. Le portier Balkhodja fut, dès lors, soumis à rude épreuve, face aux velléités de plus en plus menaçantes des locaux, sans pour autant, constituer un danger réel. Pour des éléments novices,sans expérience notable en de pareilles confrontations, on ne pouvait s’attendre à une meilleure prestation, en dépit de toute la bonne volonté qui les anime.


Conscients de cette réalité évidente, les Aveniristes, se trouvant jusque-là, sous pression, réagirent par une animation offensive tonitruante,. Après quelques essais orageux de Ben Ouannès, Yahia et Jlassi que l’arrière-garde parvient à repousser, Nachi finit par tromper la hardiesse de Skhiri, en poussant la balle au fond des filets, à partir de la ligne des buts, suite à un second coup de coin d’affilée concédé par Sassi. Huit minutes plus tard, les visiteurs ne purent doubler la marque dans une situation immanquable. Un penalty indiscutable dont devait bénéficier Salem, agressé en pleine surface de réparation fut mal jugé par l’arbitre Saâdallah (37’).


L’appel en renfort de Hammali et Souissi, après la reprise, allait donner l’effet escompté au moment où les Banlieusards multipliaient leurs manœuvres, tout en désertant les postes les plus arriérés. Le coup de force des Bleus, pris, enfin forme grâce à ces deux éléments, le premier pour avoir créé la brèche, le second, pour son tir anodin que Nachi dévia dans son propre camp.


Dès lors, les locaux redoublèrent d’intensité dans leur manœuvres offensives, sans pouvoir changer le score de parité. Une question s’impose. Lotfi Rehim ira-t-il loin avec un effectif inexpérimenté, malgré une ardeur évidente, ou renoncera-t-il à garder ses éléments de base en veilleuse?


 

M. NABLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com