E.S.T. : Elle monte, elle monte la nouvelle cuvée !





Abstraction faite de la fragilité de l’adversaire gafsien, l’EST a réussi samedi une belle démonstration de force où la jeune classe a apporté son évidente contribution.


 


Devant un public mis sous le charme, l’Espérance n’a pas fait les choses à moitié, samedi contre EGSG : un football fluide, un rythme soutenu, et une kyrielle d’occasions créées notamment en première période. L’équipe a réussi à marquer six buts tout en ratant au moins quatres autres. Cette réussite technique a été le fruit d’un labeur évident effectué lors de la trêve et aussi de l’apport de cette jeune classe formée des Darrage, Bouazzi, Ben Mansour, Chammari (dont c’était la première apparition officielle) et Msakni. Le premier devient au fil des semaines, une pièce-maîtresse, le second, chaque fois qu’il est incorporé en cours de jeu, arrive à donner le plus escompté, le troisième occupe avec bonheur le couloir gauche, le quatrième a joué le libéro sans aucun souci alors que le jeune Msakni, âgé d’à peine dix-huit ans, fait déjà parler de lui, et ce, sans oublier l’autre jeune congolais, Javier Besala. Et quand tous ces jeunots sont encadrés par Eneramo, Jaber,  Hammi en attendant Badra, Mbélé, Mahjoubi et Letifi, il y a lieu de penser que l’EST a les moyens techniques et humains, cette saison, pour réaliser un bon parcours.


Chammam reprend du service


A partir d’hier, l’Espérance a entamé la préparation du match du week-end prochain face à l’O.B. Encore une fois, les Sang et Or optent pour le stade El Menzah un samedi, et ce, pour bénéficier d’un jour supplémentaire afin de bien préparer le match de la champions League arabe, le mercredi suivant face à Al Ahly de Libye. Hier, l’effectif devait enregistrer le retour tant attendu de Khalil Chammam après sa totale guérisson. Un retour qui fait plaisir à toute la famille espérantiste. Un autre retour est annoncé. Celle de Seïfallah Mahjoubi qui devait rejoindre hier ses camarades et faire partie de l’effectif compétitif.


En revanche, le jeune Khaled Ayari ne voit pas encore le bout du tunnel. Eloigné déjà des terrains depuis le printemps dernier, le voilà rechuter.  Il en aura encore pour deux mois d’inactivité, avant de reprendre du service aux côtés des autres jeunes lancés chez les seniors, à l’instar de Chammari, Ben Mansour ou Msakni.


 

Jamel Belhassen


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com