L’armée US passe le relais : Babylone de nouveau irakienne





Les forces irakiennes de sécurité ont pris hier le contrôle de la province de Babylone, au sud de Bagdad, où était situé le "triangle de la mort", symbole de l'insurrection anti-américaine puis des violences entre chiîtes et sunnites en 2006.


 


Le Quotidien – Agences


La cérémonie du transfert de la sécurité s'est déroulée à Hilla, capitale de la province, à 120 km au sud de Bagdad, alors que, peu auparavant, un attentat visant le convoi d'un ministre irakien à Bagdad a fait 11 morts et 22 blessés.


"Aujourd'hui, les forces de sécurité de Babylone sont capables d'assurer la sécurité et nous sommes fiers de prendre le relais des forces américaines pour le contrôle de Babylone", a déclaré le conseiller irakien à la sécurité nationale Mouaffak al-Roubaïe, présent à la cérémonie avec le N° 2 des forces américaines en Irak, le général Lloyd Austin.


Des unités de l'armée irakienne, des pompiers et des policiers anti-émeute ont défilé devant les responsables irakiens et américains, ainsi que les chefs de tribus locaux.


Les forces spéciales irakiennes ont également participé à la parade en portant des photos de leurs camarades morts au combat.


Babylone est la 12e des 18 provinces d'Irak à repasser sous contrôle irakien.


"Je veux déclarer depuis Babylone que l'Irak prendra le contrôle de la province de Wassit dans les prochains jours", a par ailleurs annoncé le conseiller irakien à la sécurité nationale. Wassit, plus à l'est, est une région relativement calme dont Kout est la capitale.


A Babylone, le gouvernement irakien reprend le contrôle d'une région très symbolique, l'ancienne Mésopotamie, considérée comme l'un des berceaux de l'humanité avec ses ruines sumériennes (4.500 à 2.500 avant JC) où trône, entre autres, la statue du lion de Babylone, un des symboles nationaux.


Babylone avait été le théâtre d'attentats quotidiens sanglants en 2004, perpétrés par les groupes insurgés contre la coalition. Le "triangle de la mort" était ainsi né, faisant de cette région, toute proche de la capitale, l'un des endroits les plus dangereux d'Irak.


La population (1,3 million d'habitants) avait été ensuite prise en étau en 2006 et 2007 entre les forces régulières et les insurgés, sunnites plus ou moins proches d'Al-Qaïda au nord ou groupes armés chiîtes dans le reste de la province.


Des attaques avaient ainsi endeuillé la capitale Hilla, notamment en mars 2007, où deux kamikazes avaient tué 117 pèlerins chiîtes dans des attentats suicide.


La situation s'est améliorée, même si les violences restent présentes.


Quinze Irakiens sont morts mardi dans des combats entre insurgés et tribus sunnites locales.


"Il y a encore un an, cette province avait l'habitude d'être frappée plus de 20 fois par semaine par des attentats. Aujourd'hui, ces attaques ont diminué de 80% et c'est proprement remarquable", a estimé le général Lloyd Austin.


Néanmoins, "nous continuerons à soutenir les forces irakiennes", a ajouté l'officier américain.


Les Américains sont restés cinq mois à Babylone, où se trouvaient les célèbres "Jardins suspendus", l'une des sept merveilles du monde. Ils ont laissé la place aux Polonais qui se sont retirés du site après 16 mois de présence.


En janvier 2005, le British Museum avait accusé les armées américaine et polonaise d'avoir provoqué d'"importants dégâts" à la cité antique depuis l'installation d'une base en avril 2003 après l'invasion de l'Irak.


Babylone est la 12e des 18 provinces dont la sécurité est assurée désormais par les Irakiens, après Al-Anbar, Missane, Mouthanna, Bassorah, Zi Qar, Najaf, Kerbala, Diwaniyah et les trois provinces kurdes de Dohouk, Souleimaniyeh et Erbil.


____________________________________


 


* Onze morts dans une attaque contre le convoi du ministre du Travail à Bagdad


Onze personnes ont été tuées et 22 autres blessées hier dans un attentat suicide à la voiture piégée dans le centre de Bagdad contre le convoi du ministre du Travail Mahmoud Jawad al-Radi, selon un nouveau bilan des ministères de l'Intérieur et de la Défense.


Le ministre, membre de l'Alliance unifiée irakienne (AUI, chiîte) est sorti indemne, a indiqué le porte-parole du ministère du Travail, Abdallah Lami.


"Le ministre était dans le convoi mais il n'a pas été blessé", a-t-il dit.


En revanche, trois gardes du corps ont trouvé la mort, a indiqué le ministère de l'Intérieur. L'attentat s'est produit à 08H15 locales (05H15 GMT), place Tahrir.


"Une voiture piégée a tenté de forcer le convoi pour tenter d'assassiner le ministre du Travail et cela a entraîné la mort de trois gardes du corps, dont le neveu du ministre", a indiqué Lami.


"Il s'agit d'un crime commis par les terroristes qui essaient de bloquer les progrès et la reconstruction de l'Irak", a-t-il encore dit. Un précédent bilan fourni de même source faisait état de neuf personnes tuées et vingt blessées.


Quatre voitures, dont une de la police, ont été carbonisées et les vitrines de nombreux magasins ont été soufflées par l'explosion.


___________________________________


 


* Wolfowitz: Les Etats-Unis se sont transformés en grand occupant de l'Irak 


"Les Etats-Unis se sont mués en grand occupant de l'Irak.", a constaté l'ancien secrétaire adjoint à la Défense, Paul Wolfowitz. "Nous voulions être les libérateurs de l'Irak, mais après cinq ou six mois, nous nous sommes transformés en grand occupant.", a souligné Paul Wolfowitz, dans un entretien avec un journal allemand. "Avant l'action militaire américaine, a-t-il ajouté, en 2003, nous ne connaissions pas l'ennemi et n'avions pas la moindre idée de ce qu'est la guérilla." "Nous avons payé un lourd tribut dans cette guerre que nous n'avons pas géré correctement.", a déploré Wolfowitz. Selon lui, Donald Rumsfeld, le secrétaire à la Défense de l'époque, était le principal décideur dans la prise de l'Irak et c'était lui qui prenait toutes les décisions.


__________________________________


 


* Rice insiste: Vers un accord avant la fin de l'année


Le Quotidien - Agences


Washington et Bagdad devraient pouvoir signer un accord sur la sécurité avant la fin 2008, a estimé la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice, mercredi 22 octobre, avant d'atterrir au Mexique pour une visite officielle.


"Je pense que les deux parties vont boucler le dossier, car les deux parties ont grand intérêt à le faire", a-t-elle déclaré aux journalistes à bord de l'avion qui l'emmenait à Puerto Vallarta, sur la côte mexicaine du Pacifique (ouest).


Il faut "encore un certain temps", a-t-elle concédé, pour aplanir les différences sur le projet d'accord sur la présence militaire américaine à long terme en Irak (Sofa), que le gouvernement irakien veut modifier malgré les réticences des Etats-Unis.


"La résolution du Conseil de sécurité (de l'ONU) arrive à échéance à la fin de l'année mais je ne pense pas que nous voulions aller aussi loin. Je pense que nous voulons terminer cela plus rapidement", a-t-elle ajouté.


Il était initialement prévu de conclure l'accord pour la fin juillet.


Bagdad a indiqué vouloir modifier le projet final d'accord, âprement négocié depuis des mois, qui prévoit le retrait total des troupes américaines d'ici fin 2011 et permet à la justice irakienne de juger des soldats américains accusés de crimes graves commis hors de leurs bases et hors mission.


Le ministre irakien des Affaires étrangères Hoshyar Zebari a déclaré que Washington avait désormais accepté d'écouter les requêtes de Bagdad, mais Condoleezza Rice ne s'est pas engagée sur d'éventuelles modifications.

"C'est un bon accord, et nous avons fait tout ce que nous pouvions pour garantir que (...) nos soldats soient protégés et que la souveraineté irakienne soit respectée", a-t-elle souligné.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com