Eau potable : On est encore loin du compte…





«Environ 1,2 milliard de personnes n’ont pas encore accès à l’eau potable tandis que 2,5 milliards d’habitants ne sont pas encore raccordés aux réseaux d’assainissement dans le monde», a fait savoir M. Michel Camdessus, ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI) et représentant personnel du Président de la République française auprès du nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD). Tunis-TAP M. Camdessus a été, jeudi, l’hôte de la Tunisie pour animer une conférence sur «l’accès des zones rurales africaines à l’eau et à l’assainissement», organisée par la Banque africaine de développement (BAD). Il a salué les organisateurs de cette rencontre, qui s’inscrit, a-t-il dit, dans le cadre des efforts tendant à réaliser les objectifs du millénaire relatifs au domaine de l’eau, à savoir réduire de moitié le nombre des personnes qui n’ont pas encore accès à l’eau et à l’assainissement. Pour atteindre cet objectif, «les pays du G8, les gouvernements, les institutions financières et les ONG doivent s’engager davantage dans ce chantier à travers la mobilisation des financements nécessaires, la bonne gestion de ces financements et la planification des plans d’action selon les besoins de chaque pays», a-t-il ajouté. Selon les indicateurs fournis, les besoins d’approvisionnement en eau potable et de raccordement aux réseaux d’assainissement dans les zones rurales en Afrique sont estimés, d’ici 2015, à 1,4 milliard de dollars par an. M. Camdessus a souligné que même s’il apparaît assez élevé, ce montant est toujours en deçà du coût des pertes que peut engendrer sa non réalisation, en l’occurrence 20 milliards de dollars par an (maladie, mortalité, soins, pauvreté, impact sur l’économie..., l’environnement...) De son côté, M. Donald Kaberuka, président de la BAD, a indiqué que la BAD a apporté, depuis 1967, une contribution appréciable au développement du secteur de l’eau dans le continent, en consacrant près de 5,8 milliards de dollars pour financer des projets dans ce domaine, soit 11% des approbations de la banque. Il a affirmé que l’objectif de la banque en matière d’alimentation en eau et d’évacuation en Afrique rurale, demeure inchangé. Il s’agit , en effet, de desservir 80% de la population à l’horizon 2015. Rappelons que le taux d’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans les zones rurales africaines (62% du continent) est l’un des plus faibles au monde. Actuellement près de 300 millions de personnes en Afrique n’ont pas encore accès à l’eau potable, et 313 millions, à l’assainissement. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 50% des Africains souffrent d’une des six maladies d’origine hydrique dont le choléra et la diarrhée.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com