Cinq attentats meurtriers en Somalie : L’ONU visée





Le Quotidien-Agences
Cinq attentats à la voiture piégée ont visé hier des bâtiments stratégiques et de l'ONU en Somalie, faisant plus de vingt cinq morts selon un bilan partiel, et plongeant un peu plus dans le chaos ce pays de la Corne de l'Afrique.
Ces attentats, commis par des kamikazes quasi simultanément dans deux villes principales du nord de la Somalie, n'avaient toujours pas été revendiqués en fin d'après-midi.
Ils surviennent au moment où les dirigeants des pays membres de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad, 7 pays d'Afrique de l'Est) discutent à Nairobi des moyens de sortir le pays de l'impasse politique et sécuritaire totale après 17 ans de guerre civile.
Dimanche, un accord a été signé sous l'égide de l'ONU entre le gouvernement somalien et l'opposition islamiste modérée visant à mettre en œuvre un cessez-le-feu, accord catégoriquement rejeté par les "shebab", combattants islamistes extrémistes à la tête de l'insurrection en Somalie.
Trois attentats ont visé des bâtiments stratégiques de la capitale du Somaliland, Hargeisa. Les cibles étaient le palais présidentiel, les bureaux du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD), qui sert de siège pour d'autres agences de l'ONU, et la représentation diplomatique de l'Ethiopie, selon des sources officielles.
"La présidence (du Somaliland) faisait partie des trois cibles visées par les terroristes", a déclaré un haut responsable de la police du Somaliland, précisant qu'un conseiller à la présidence avait été tué dans l'attaque.
Il n'était pas établi dans l'immédiat si le président du Somaliland, Dahir Riyale Kahin, se trouvait dans ses bureaux au moment de l'attentat. Selon la police, il se trouvait en sécurité mercredi après-midi.
Dans un communiqué à Genève, les Nations unies ont indiqué qu'à "environ 10h00 locales, le siège du PNUD à Hargeisa a été frappé par une explosion provoquée par un véhicule ayant forcé l'entrée de notre bâtiment".
Des morts et des blessés sont à déplorer, selon le communiqué, qui ne précise pas leur nombre.
Selon un travailleur humanitaire local, Abdullahi Mohamed Warsa, deux gardes de sécurité somaliens ont été tués et cinq autres personnes ont été blessés dans le bâtiment du PNUD".
En outre, toujours selon ce témoin, "deux kamikazes dans des +Landcruiser+ ont été tués. Un autre kamikaze ayant frappé l'ambassade éthiopienne a été tué".
Le Somaliland, ancienne colonie britannique rattachée à la Somalie italienne à l'indépendance de 1960, a fait sécession de la Somalie en mai 1991, cinq mois après la chute du président somalien Mohamed Ziad Barre qui avait marqué le début de la guerre.
A Bosasso, capitale économique du Puntland, région semi-autonome du nord-est de la Somalie, deux attentats suicide à la voiture piégée ont visé deux bâtiments des services de renseignements du Puntland (PIS), chargé de la lutte antiterroriste, tuant six agents du PIS, selon le président de la région, Mohamoud Musa Hirsi Adde.
Le 5 février, un double attentat revendiqué par les "shebab" avait fait au moins 20 morts et 80 blessés à Bosasso.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com