Tunisie-Japon: Une nouvelle JICA, de nouvelles ambitions





Figurant parmi les pays qui bénéficient de l’assistance technique et financière japonaise, la Tunisie augure d’une participation encore plus active des Japonais à son développement suite à la fusion de la JICA et la JIBIC.

Tunis-Le Quotidien
«La nouvelle JICA, fruit de la fusion, le 1er courant, entre l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) et la Banque Japonaise de Coopération Internationale (JIBIC), aura beaucoup plus de synergie dans l’exécution des programmes de développement en Tunisie», a indiqué M. Satoshi Machida, directeur général représentant de la JICA en Tunisie.
Intervenant, hier, au siège de l’ATCE lors de la conférence de presse organisée à cet effet, le responsable japonais a passé en revue les principaux axes de la nouvelle approche de la JICA en Tunisie.
M. Satoshi Machida a précisé que la fusion entre la JICA et la JIBIC permettra d’opérer avec plus de rapidité, de souplesse et d’efficacité, et ce, en combinant la coopération technique, la coopération financière (prêts) et la coopération financière non remboursables (dons). «A travers cette nouvelle approche, nous espérons avoir plus de synergie dans nos actions», dit-t-il.
La fusion JICA/JIBIC doit en fait améliorer l’aide japonaise à travers la combinaison de ses outils d’assistance. Selon M. Machida, il s’agit de rendre l’intervention de la JICA plus efficace grâce la synergie créée par le concept des 3S. «3S c’est notre nouveau slogan» note-t-il. «Le premier «S» et celui du Speed-up, explique-t-il. Ceci consiste à mettre en œuvre les mécanismes d’aide le plus rapidement possible. Le deuxième «S», poursuit-t-il, c’est le Scale-up, c'est-à-dire élargir les effets de l’aide, et enfin le Spread-up qui stipule que les effets de l’aide soient diffusés et vulgarisés».
Pour la Tunisie, la réalisation de ces 3S consiste, en premier lieu, toujours d’après le responsable japonais, à élaborer un scénario d’assistance approprié pour chaque projet et qui contribue au développement national du pays. Le deuxième point consiste à élaborer des études préparatoires pour chaque projet. Sur ce point le responsable insiste en indiquant «qu’auparavant, nous trouvons plusieurs difficultés au niveau de la réalisation des programmes faisant que les délais de l’exécution sont souvent dépassés». 
Par ailleurs, concernant l’approche de la nouvelle JICA concernant la Tunisie, M. Machida mentionne que l’accent sera mis sur 4 priorités : le renforcement de la mise à niveau de l’industrie, l’environnement, le développement social et la réduction de la disparité entre les régions et enfin la coopération avec les pays africains et arabes.
S’agissant de la mise à niveau industrielle, le conférencier a noté que la nouvelle JICA poursuivra la coopération avec le ministère de l’Industrie et des PME à travers l’élaboration d’un plan directeur pour l’amélioration de la qualité et la productivité des entreprises tunisiennes.
En évoquant le projet du pont Radès-La Goulette, le représentant de la JICA espère que le projet sera opérationnel «dans deux mois».

Hassen GHEDIRI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com