Raid US contre la Syrie : L’Irak interdit d’utiliser son territoire comme base d’agression





Le Quotidien — Agences
L’Irak a interdit d’utiliser son territoire comme tête de pont servant à attaquer la Syrie, ont annoncé mercredi les médias arabes, citant le porte-parole du gouvernement irakien Ali Al-Dabbagh.
"La Constitution et les autorités irakiennes ne permettent pas d’utiliser le territoire du pays comme tête de pont en vue d’une agression contre les Etats voisins", a déclaré Al-Dabbagh lors d’une réunion du conseil des ministres.
D’après les autorités syriennes, des hélicoptères militaires américains ont ouvert le feu, dimanche, contre les ouvriers travaillant sur un chantier dans le village d’Al Soukkariya (district d’Al-Boukamal, Syrie), à sept kilomètres de la frontière irakienne. L’attaque a fait huit morts et plus de 14 blessés. Le raid terminé, les hélicoptères sont repartis en direction de l’Irak. Les Etats-Unis n’ont pas officiellement confirmé cet incident.
Par contre, la partie américaine a déclaré qu’une attaque lancée dimanche dernier avait permis de supprimer un militant haut placé d’Al-Qaïda qui préparait, selon les services secrets, un attentat terroriste en Irak.
Al-Dabbagh a fait savoir que le gouvernement irakien avait ordonné une enquête sur le raid d’hélicoptères américains contre le village frontalier syrien.
Il a souligné que les autorités irakiennes souhaitaient resserrer leurs liens avec la Syrie et définir une politique de sécurité commune avec ce pays.
Damas a résolument dénoncé le raid américain qu’il a qualifié d’"acte de terrorisme d’Etat". Le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a annoncé que son pays opposerait une riposte énergique en cas de récidive.
Mardi, le gouvernement syrien a pris la décision de fermer le centre culturel et l’école américains à Damas.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com