Pakistan : Une dizaine de morts dans un tir de missiles US





Le Quotidien-Agences
Au moins 10 insurgés ont été tués hier par un tir de missiles américain, dans une zone tribale du nord-ouest du Pakistan, a affirmé un responsable des services de sécurité.
"Plusieurs missiles ont touché un repaire présumé de combattants d'Al-Qaïda dans le Waziristan du Nord et les premières informations font état de dix combattants tués", a indiqué ce responsable sous couvert d'anonymat.
Un responsable du renseignement a également confirmé le nombre des victimes, en affirmant que "la plupart des combattants tués étaient des étrangers", terme habituellement utilisé par les responsables pakistanais pour désigner des militants d'Al Qaïda.
Selon ce responsable, le bombardement visait un camp d'entraînement d'Al Qaïda enclavé dans les montagnes au sud du village de Mir Ali, considéré comme un repaire des affidés d'Ousama Ben Laden.
"Le camp a été détruit", a-t-il affirmé.
Une série de frappes récentes contre des repaires présumés de membres d'Al Qaïda et de talibans dans les zones tribales du nord-ouest - toutes attribuées à des drones de la CIA - ont fait monter la tension entre Washington et Islamabad ces derniers mois.
Lundi, le président pakistanais Asif Ali Zardari a prévenu le nouveau chef des opérations américaines en Afghanistan et en Irak, le général David Petraeus, en visite au Pakistan, que ces attaques étaient "contre-productives" et pouvaient porter tort à la bataille pour gagner l'adhésion des Pakistanais.
Le Premier ministre Yousuf Raza Gilani et les plus hauts responsables militaires du pays ont également souligné auprès du général, que les Etats-Unis devaient respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale du Pakistan.
Auparavant, l'ambassadeur américain à Islamabad, Anne Patterson, avait été convoqué au ministère des Affaires étrangères pour entendre les protestations des responsables pakistanais.
D'après certaines sources, le conseiller national pakistanais pour la sécurité avait également exprimé personnellement ses griefs à des responsables de la Maison-Blanche à Washington après une attaque en septembre qui a fait des victimes civiles.
Mais les bombardements se sont poursuivis.
Vendredi dernier, deux frappes séparées au Waziristan du Nord et du Sud ont tué au moins 32 personnes, décrites par les services de sécurité pakistanais comme des membres d'Al Qaïda pour la plupart.
Le Pakistan attend de voir comment le président élu Barack Obama s'attaquera à cette question une fois qu'il aura pris ses fonctions en janvier.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com