Musée de Zarzis : Au cœur des trésors antiques





Le musée de Zarzis est un véritable réservoir de pièces archéologiques antiques, mais qui reste de nos jours mal connu. Pour faire découvrir ces trésors, Ali Drine, un fonctionnaire du ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine, vient de publier un guide qui présente les multiples pièces de ce musée et retrace leur historique.

Tunis - Le Quotidien
Dans ce petit document, il s’évertue d’abord à restituer l’historique de ce musée implanté sur la place de l’église du Père Deshay, construite entre 1920 et 1926 par un prêtre originaire de Marseille. Dans ce musée, on trouve d’ailleurs le portrait de ce religieux ainsi que des photographies des églises de Tataouine et de Médenine, construites respectivement en 1917 et 1921. L’auteur retrace aussi l’historique de ces édifices mettant ainsi l’accent sur la mort du père Deshay, le 11 mai 1926 et insistant sur son rôle jusqu’à l’abandon de l’église en 1935.
Pour Ali Drine, les pièces archéologiques de ce musée sont de véritables témoignages historiques. Parmi celles-ci on cite notamment la nef, flanquée de niches, des bas-côtés, une amphore comportant une lettre punique, une épitaphe, entre autres. Toutes ces pièces sont réparties entre les différentes vitrines de ce musée. Dans les deux premières, on trouve plusieurs objets témoignant de l’époque punique à l’instar d’une amphore extraite d’une épave aux larges de Zarzis ou un plat de cette époque. La troisième vitrine renferme des objets sigillés en céramique de l’époque romaine, visibles sur ses deux faces. Il s’agit de coupes de jatte, d’œnochoés qui proviennent des sites de la presqu’île de Zarzis et autour du Lac el Bibène, Koui Lagdi et Ras Lemsa. Dans cette vitrine, le visiteur peut contempler la belle maquette représentant le forum du site de Gigthi et les monuments qui l’entourent. On y trouve également une exposition consacrée aux monuments religieux et principales divinités romaines. Une autre vitrine comporte cinq statues acéphales de personnages drapés d’une toge ainsi qu’une statuette mi-nue représentant probablement le dieu Apollon. Des objets culinaires, en céramique sigillée et en terre cuite et datant de l’époque romaine, sont également exposés dans une autre vitrine. Le musée de Zarzis abrite également une salle où l’on trouve un grand sarcophage en bois datant du IVe. siècle avant JC.
Dans ce guide, l’auteur consacre également quelques pages à l’espace de l’olivier. Une photographie de l’olivier est accrochée au mur du couloir. Des objets comme le pic, la houe, le tamis, le tonneau, les instruments de mesure, les lampes à huile, côtoient la pompe à huile et les amphores. La mer et ses richesses n’ont pas été non plus oubliées. Une dernière vitrine a été dédiée aux nasses et aux outils utilisés pour la capture des poulpes, des pots en terre cuite et des panneaux.
La vocation commerciale de Zarzis dans l’antiquité a été également mise en exergue dans ce musée où les vestiges du port antique d’Ersifet, le reste d’amphores commerciales ont été étalés dans une dernière vitrine. L’auteur finit son guide par un lexique qui présente les objets et pièces antiques.


Ousmane WAGUÉ




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com