«Djerba en fête»: La cinquième saison





L’Office national du tourisme tunisien et la Société de promotion et d’animation touristique ont organisé les 7, 8 et 9 novembre une manifestation d’animation touristique originale à Djerba : «Djerba en fête». Plusieurs troupes folkloriques étrangères, des animateurs tunisiens, des musiciens et chanteurs se sont produits devant un public curieux, peu habitué aux manifestations de rue. Y manquaient la présence de touristes nombreux en cette saison dans l’île. Compte rendu.

Tunis – Le Quotidien
L’animation touristique reste l’un des maillons faibles du secteur. Le constat a été dressé depuis longtemps et a plusieurs reprises. L’île en figure comme un exemple manifeste. Combien de festivals en eau de boudin ? La plupart des tentatives pour la réveiller de son sommeil culturel ont échoué. Les autorités de tutelle ne désespèrent pas rectifiant le tir, tentant de nouvelles expériences. Aussi, au mois de novembre, plusieurs partenaires ont élaboré la manifestation Djerba en fête, l’Ontt, la Société de promotion et d’animation touristique STPAT, la Fédération tunisienne de l’hôtellerie FTH, la Fédération tunisienne des agents de voyages FTAV et les autorités régionales du gouvernorat de Médenine ont programmé 3 jours d’animation dans les différents endroits de l’île. Pourquoi Djerba et pourquoi le choix de cette date ? La date et le lieu sont parfaitement adéquats pour une manifestation de cet ordre, répond M. Seif Allah H’babou, D.G de la STPAT, qui a notamment pour vocation de créer des événements touristico-culturels. Il y a d’abord une semaine de vacances à l’occasion de l’anniversaire du 7 Novembre, ensuite parce que Djerba vit sa cinquième saison, autrement dit, il fait encore doux, sinon chaud dans l’île. Cinquième saison, voici un terme approprié pour l’île qu’il faudrait, à notre sens, exploiter plus fréquemment. Il est heureusement relayé par des guides intelligents et des conservateurs de musées comme M. Houcine Tobji, du musée de Guellala.
Les deux premiers jours de la visite, l’atout majeur de toute réussite était de la fête : le soleil. Des touristes prennent leur bain de soleil et de mer, la ville respire un air de fête ; sur la place du port, le podium a été dressé pour accueillir des troupes folkloriques venues de Grèce, de Sicile, de Slovaquie et de la région, évidemment. L’animation continue le soir au théâtre de Houmt Souk. Musique et spectacles de clowns ou de mime se déploient attirant un nombreux public local. Le deuxième jour, les invités ont découvert avec un éblouissement visible le musée des arts islamiques de Djerba Explore dont les salles , les pièces et objets venus de différentes parties du monde Inde, Chine, Irak, Maroc, Algérie, Iran, Tunisie… ont fait l’objet d’explications claires, fouillées et rigoureuses de Nejib, le guide du musée.
Le groupe a découvert ensuite une nouvelle réalisation, «Houch Bouricha», une sorte de résidence de charme de haute gamme située dans un vaste terrain aux alentours de l’hôtel Yadis. A noter, au passage, que les réalisations privées se multiplient enrichissant le potentiel culturo-touristique de l’île. Parmi celles-ci, il y a le projet de Sidi Jmour appartenant au galeriste Hamadi Chérif (Cherif fine art à Sidi Bou Saïd) qui va voir le jour dans les mois à venir. La course se termine a Guellala, au musée des traditions, où M. Tobji, en guide consciencieux idéal des traditions djerbiennes, a donné des explications hautement utiles avec brio et passion.
Au troisième jour, une averse abondante a transformé Djerba la douce en Djerba la douche (un journaliste français a utilisé ce titre à l’ouverture par temps de pluie du club du même nom), l’animation s’est déroulée donc a l’intérieur de l’hôtel et dans les ateliers à Midoune où les jeunes se sont donné à cœur joie dans la réalisation de dessins, gouaches et peintures (avec des prix et éclats de joie à la carte).
Les responsables de la STPAT, au vu de la participation des Djerbiens, du dynamisme des jeunes et de l’encouragement affiché des autorités locales, semblent en définitive satisfaits de cette édition «test» ou blanche. «Il y manque manifestement la participation effective des touristes. Pourtant, nous n’avons pas ménagé d’efforts pour les attirer à notre manifestation. Nous comptons donc chercher une solution pour les impliquer davantage, une autre approche peut-être ?», résume M.Sami Krichen, cadre à la STPAT et pivot de «Djerba en fête»


H. HANACHI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com