Biennale internationale des films d’école : Quand les étudiants passent à l’action





La salle «Le Mondial» accueillera à partir de demain la première biennale internationale des films d’école, lancée sur l’initiative de l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma à Gammarth (ESAC). Trente-six projections, représentant onze pays y compris la Tunisie, sont à découvrir à partir de demain et jusqu’au 22 de ce mois.
«Nous avons lancé l’idée de l’organisation, il y a deux ans, lors d’un colloque, et depuis on a commencé à travailler à ce projet. En fait, la Biennale Internationale des films d’école se veut un espace d’échange d’expériences et de dialogue entre les étudiants de différentes écoles tunisiennes et quelques écoles arabes et européennes. Nous voulons promouvoir les nouvelles et jeunes expériences et évaluer la formation qu’on propose à nos étudiants par rapport à ce qui est proposé ailleurs», explique Hamadi Bouabid, directeur de l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma à Gammarth (ESAC), soulignant que cette manifestation cinématographique coïncide avec la célébration du cinquantenaire de l’université tunisienne.
Côté participation étrangère, ce festival verra la projection de trente films représentant des écoles de cinéma d’Allemagne, Belgique, Egypte, Espagne, France, Liban, Maroc, Portugal, République Tchèque et Suisse. Quant à la Tunisie, elle sera présente à travers six productions des étudiants de l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma à Gammarth (ESAC), de l’Ecole Des Arts du Cinéma (EDAC), de l’Ecole des Arts décoratifs (EAD) et de l’Institut Supérieur des Arts Multi Média (ISAMM). Ces trente-six courts-métrages documentaires, de fiction ou d’animation de diverses nationalités, se disputeront les trophées ou les prix de cette première édition, à savoir le Didon d’or, le Didon d’argent, le Didon de bronze, le prix spécial du jury dit prix Tahar Cheriaâ et d’autres récompenses pour le meilleur scénario, la meilleure image, la meilleure bande son, le meilleur montage et le meilleur décor. «Le prix Tahar Cheriaâ est un hommage qu’on rend à un homme d’exception qui a été derrière la création des Journées cinématographiques de Carthage (JCC) et de la vraie naissance d’un cinéma tunisien», commente le directeur de l’école et de la biennale.
Parallèlement à ces projections qui se dérouleront à partir de 18h00, à la salle «Le Mondial», une table ronde autour du thème «Enseignement du cinéma et employabilité» sera organisée en présence des cinéastes, des enseignants, des producteurs, des distributeurs et des responsables de programmation de chaînes de télévision. Notons que le jury de la compétition est composé de Hamadi Arafa, réalisateur et directeur de la chaîne Tunisie 21, (Président), et Samira Dami, (journaliste, Tunisie), Rotraut Pape (professeur d‘infographie, Allemagne), Léon Descloseaux (réalisateur, France) et Alain Brenas (Directeur de l’Ecole de cinéma et de réalisation audiovisuelle, Liban) en tant que membres.
Une première édition à suivre et à encourager !


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com