Toilettages et dénouements





Bourse Toilettages et dénouements Le petit décalage du Tunindex qui s’est retiré de 0.01% le mardi en se stabilisant à 1221.75 points est en fait une consolidation de la situation de la veille, un palier qui aura permis de faire le point sur pas mal de supports. C’est ainsi qu’un toilettage s’est déclenché et des positions se sont dénouées entre sortants en rentrants qui a généré un chiffre d’affaires assez conséquent où l’on pouvait noter hier des transactions significatives. Si sur la SPDIT, quelque 5300 actions ont pu être traitées sans changement à 22.500, il n’en a pas été toujours le cas pour d’autres actifs. Et pour cause, en faisant état d’une perte de -5002 mD au 30 juin 2003 contre un bénéficie de 1433 mD pour la même période une année auparavant, la STIP a observé un cours au rabais de -2.92% à 6,310 dt mais en aura profité pour liquider 5000 actions. Il est vrai que les chiffres avancés par la STIP étaient accompagnés d’une baisse de -18.7% soit l’équivalent de 28028 mD. En revanche, la SIAME a progressé de 1.52% en prenant position sur la barre des 20 dinars, un cours qui lui a permis de négocier près de 5000 actions. D’autres échanges se sont étoffés notamment sur la BIAT qui s’est valorisée à 18 dinars (+0.55%) pour presque 4000 actions, ou la Banque du Sud qui en a liquidé 3700 sur un cours constant. En réalité, le fait marquant de la séance du mardi réside surtout dans le rebond observé sur certains actifs comme par exemple Simpar qui s’est adjugé +4.44% soit la maximum réglementaire, à 14.090 dt ou les actifs du leasing qui contre vents et marées ont repris du poil de la bête. C’était le cas de la CIL qui s’est empoché +2.97% à 11.420 dt, celui de ATL qui a récupéré 2.99% à 12,400 dt, non sans signaler la reprise de Tunisie leasing qui fait 3% de mieux à hauteur de 18,540 dt. Ceci dit, la baisse continue de générer des corrections, très présente du reste dans la physionomie globale de la cote avec en particulier le recul de la STEQ qui perd 2% à 4.900 dt, Tunis Air -1.4%; Magasin Général qui rembourse -1.35% et ce sans oublier la dégradation quasiment sans frein des AMS qui reculent de 1.23% en se retranchant sur la ligne de 2,400 dt. En somme, une physionomie à la croisée des chemins entre deux courants puissants où les éléments conjoncturels conjuguent brises et canicules, presque dans l’indifférence. Abou Sandra


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com