Transversale: On n’est pas sorti de l’auberge





Par Jamel Belhassen

Loin de nous l’idée de faire la fine bouche mais force est de constater qu’on est en train de vivre les mêmes scénarios des années passées, au grand dam des amateurs de nouveautés et de progrès.
A vous d’en juger : Les protestations, les envahissements de terrain, les agressions physiques et verbales, les contestations des décisions arbitrales, les menaces d’abandon de terrain, les accusations gratuites, les déclarations tapageuses des responsables ou pseudo-responsables et des entraîneurs, des joueurs qui s’en prennent à leurs entraîneurs, des entraîneurs qui s’en prennent à leurs employeurs et des employeurs qui s’en prennent aux responsables fédéraux. C’est dire que tout le monde attaque tout le monde. Et le football, dans tout cela? Il est relégué au second plan. Les émissions sportives télévisées consacrent la majeure partie du temps qui leur est réservé à la polémique, aux interventions téléphoniques qui donnent l’occasion aux intervenants de justifier l’injustifiables ou de se faire l’avocat du diable.
Voilà un comportement qui ne peut passer inaperçu et qui relève certainement de “machination”, de suspicion et de volonté inavouée de nuire à certaines parties ou pour masquer des insuffisances criardes aux niveaux des choix stratégiques, techniques ou administratifs mais surtout des intérêts personnels pour lesquels on ne recule devant rien. Désormais tous les coups bas sont permis. Les règles les plus élémentaires sont bafouées et on arrive même à inciter les joueurs et le public à se révolter pour une simple “erreur” arbitrale qui reste toujours à prouver et qui fait en définitive partie du jeu. Alors s’agit-il de ce fameux dicton qui dit “Qui s’excuse s’accuse”. On est bien tentés de croire mais il est temps, quand même que ce “cirque” s’arrête car ce n’est pas de la sorte que notre football pourra atteindre le palier supérieur. Toutes les parties prenantes de notre Sport-roi sont donc invitées à faire leur “mea culpa” et à se concentrer sur l’essentiel, à savoir le jeu et le respect de l’éthique et des règlements.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com