Sommet de l’Apec: Pour un ralliement à la déclaration du G-20





Le ralliement à la déclaration du G-20 a dominé les discussions hier du 16e sommet du Forum
de coopération économique Asie-Pacifique (Apec) que les dirigeants, dont l'Américain
George W. Bush, le Russe Dmitri Medvedev et le Chinois Hu Jintao, mettront également
à profit pour tenir des réunions bilatérales.
Le Quotidien-Agences
Le président Bush et son homologue chinois Hu, qui se sont déjà entretenus vendredi soir à Lima, ont relevé "la nécessité de rejeter le protectionnisme et d'œuvrer en vue d'un accord cadre favorable au cycle de Doha cette année", tel que l'a préconisé le G-20 à Washington la semaine dernière, selon la porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino.
En outre, Bush a "soulevé la question de la nécessité d'engagements accrus pour l'accès au marché", a-t-elle ajouté.
Ce deuxième sommet en une semaine, après celui du groupe des nations industrialisées et émergentes (G-20), trouve un  Bush "nostalgique" selon la Maison Blanche, alors qu'il s'agit vraisemblablement de sa dernière réunion multilatérale avant de céder la place au président élu Barack Obama le 20 janvier prochain.
Le nouveau Premier ministre néo-zélandais John Key, arrivé à Lima au lendemain de sa prise de fonctions, s'est dit également favorable au cycle de Doha sur la libéralisation du commerce à l'instar des dirigeants du G-20 qui espèrent un accord avant la fin de l'année.
Les ministres de l'Apec se sont engagés à Lima dans une déclaration commune, à observer une "position ferme" contre toute tentation de protectionnisme en réaction à la crise et devaient recommander que les dirigeants de l'Apec "soutiennent fermement la déclaration du G-20 de Washington".
Le bloc de l'Apec, voué dès sa fondation en 1989 à la promotion du libre échange, concentre 41% de la population mondiale, soit 2,6 milliards de personnes, et représente 61% du produit intérieur brut (PIB) et 47% du commerce de la planète.
"Je dirai que l'une de nos priorités (...) sera de chercher à élargir le soutien à cette déclaration en faisant en sorte qu'elle soit soutenue par les autres membres de l'Apec", avait déclaré depuis Washington Dan Price, le "sherpa" de  Bush pour la réunion de Lima.
Ce sommet est également l'occasion pour les dirigeants de mener des rencontres bilatérales.
Ainsi, après Hu,  Bush a également rencontré les dirigeants de Corée du Sud, du Japon et de Russie pour remettre sur les rails des négociations avec la Corée du Nord sur son programme nucléaire, début décembre, selon la Maison Blanche.
Le président américain s’est aussi entretenu avec son homologue russe Dmitri Medvedev hier après-midi, a indiqué la Maison Blanche.
Les deux hommes ont discuté de la situation en Géorgie, de la crise financière mondiale et du programme de défense américain antimissile en Europe, entre autres questions de sécurité.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com