Tirs contre le cortège des présidents polonais et géorgien : Accusé, Moscou parle de provocation





Le Quotidien-Agences
Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a qualifié de provocation les déclarations sur l'incident survenu dimanche à la frontière osséto-géorgienne impliquant les présidents géorgien et polonais.
"Il s'agit d'une véritable provocation", a déclaré dimanche le chef de la diplomatie russe à la presse.
Selon Sergueï Lavrov, ces incidents deviennent récurrents. Les autorités géorgiennes les organisent elles-mêmes, accusant par la suite la partie russe et sud-ossète. Le même scénario avait eu lieu en août 2007 lorsque Tbilissi avait annoncé qu'une bombe avait été lancée sur la Géorgie, a rappelé le ministre russe.
"Lorsqu'un président est invité à une fête dans la ville de Tbilissi et est par la suite amené en voiture dans un autre Etat, est ce que cela n'est pas une provocation? Personne n'a tiré ni de nos positions ni des positions des troupes sud-ossètes", a constaté le ministre russe des Affaires étrangères.
"Nous aurons du travail lors des prochaines consultations de Genève", a-t-il estimé, ajoutant que "la poursuite de ces provocations pourrait faire échouer les discussions".
Les autorités polonaises ont déclaré que le cortège du président polonais Lech Kaczynski et de son homologue géorgien Mikhaïl Saakachvili avait essuyé des tirs dimanche à la frontière osséto-géorgienne.
Kaczynski était en Géorgie pour participer aux célébrations organisées à l'occasion du 5e anniversaire de la "révolution des roses" qui a marqué l'arrivée au pouvoir de Mikhaïl Saakachvili. Il a entamé son déplacement par la visite d'un camp de réfugiés installé au lendemain du conflit osséto-géorgien d'août dernier.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com